L’interview décalée Marie-Pierre Chaumette

Présidente du MPF 31 et conseillère régionale « Osons Midi-Pyrénées », Marie-Pierre Chaumette s’est ralliée à Jean-Luc Moudenc pour les prochaines municipales. Mais même si les accords entre les deux parties ne sont pas encore connus, nul doute qu’elle saura s’imposer. En témoignent ses réponses aussi décalées que nos questions.

 

La dernière fois que vous avez susurré des mots bleus à quelqu’un ?

J’en susurre tous les jours aux Toulousaines et Toulousains pour leur donner l’espoir de changement aux prochaines municipales, comme ce 28 septembre, où le MPF et DLR ont organisé une caravane de voitures avec affiches « De l’ordre à Toulouse ! » et tractages, afin que la Ville rose tourne politiquement au bleu.

 

En amour, quel est le secret de l’harmonie ?

Les proverbes se contredisent : « Qui se ressemble s’assemble », « les contraires s’attirent » ! En tout cas, comme dans un orchestre, même si les instruments sont différents, il faut jouer la même partition en s’enrichissant l’un l’autre.

 

Et la fausse note qui peut tout gâcher ?

La belle-mère, derrière, au trombone. Quant aux couacs dans tous les domaines, adressez-vous au Président François Hollande et aux membres du gouvernement !

 

Quel est le compliment qui vous a le plus touchée ?

Deux ou trois jours après mon arrivée dans le lycée privé toulousain où j’allais enseigner pendant près de trente ans le français, le latin et le grec, une instance de l’établissement m’a dit : « J’ai l’impression de vous avoir toujours eue ici avec nous ! »

 

Quel est votre principal défaut dans la vie tous les jours ?

Je conduis toujours à 2km à l’heure en ville, ce qui déchaîne souvent un concert de klaxons ! Cela fait dire à ma petite dernière : « C’est super ! On a toujours l’impression d’être à un mariage avec toi ! »

 

Avez-vous déjà menti sur votre âge ?

Jamais ! D’ailleurs aujourd’hui, j’assume parfaitement mes 38 ans !

 

Avec qui aimeriez-vous échanger votre vie le temps d’une journée ?

Avec un élève de ma fille qui vient de faire sa première rentrée scolaire en tant que professeur de lettres classiques, afin de voir la relève en action !

 

L’objet personnel qui vous tient le plus à cœur ?

Le cœur qui pend autour de mon cou !

 

Quel trait de caractère vous fait-il fuir chez les autres ?

J’ai du mal à supporter ceux qui se prennent au sérieux ! Il y a tellement de gens cultivés et qui savent rester humbles, simples, drôles, que je préfère leur compagnie !

 

Quelle est la dernière fois où vous avez manqué de courage ?

Invitée en mai dernier à Strasbourg par Philippe de Villiers, député européen, j’y suis allée avec un groupe MPF et j’avoue avoir reculé devant les 332 marches qui permettent d’atteindre la plate-forme panoramique de la superbe cathédrale.

 

Quel est votre juron préféré ?

« Par Zeus » ou « Par Jupiter ! » J’aime aussi « Boudu », « Boudiou », une de mes rares concessions à l’occitan, mais sang commingeois ne saurait mentir !

 

Avez-vous des photos dans votre portefeuille ?

J’ai des photos de mes trois enfants, de mon mari et de mes parents. J’ai aussi 2 211 photos dans mon iPhone.

 

Que faites-vous encore en cachette ?

Je continue à placer une partie de ma retraite de professeur sur un compte en Suisse.

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.