L’interview décalée de François Simon

Conseiller EELV au Conseil régional, François Simon qui a longtemps brigué le Capitole, n’en fait plus une priorité. Non pas parce que Pierre Cohen le lui aurait demandé mais parce que lui, l’a décidé. Il n’est pas homme à se laisser influencer comme en témoigne son interview décalée.

 

La phrase que vous ne supportez pas d’entendre ?

There Is No Alternative. Il n’y a pas d’alternative. Margaret Thatcher lançait cela comme  argument pour imposer un libéralisme à tout crin. Aujourd’hui me dire que l’on n’a pas d’autre choix, me révolte. La démocratie, la politique, c’est oser choisir. « Croire en quelque chose et ne pas le vivre, c’est malhonnête » disait Gandhi.
Un cauchemar qui a hanté vos nuits ?

Je suis arabe et juif par ma mère, Lyonnais et catholique par mon père et Turc par mes grands-parents. Le multiculturalisme, la tolérance et le partage, j’en suis fier. Mais je l’ai gagné, et petit, la nuit, je me réveillais d’un cauchemar répété : être écartelé par la puissance des quatre directions. Seulement les chevaux étaient remplacés par quatre blocs de halwa, pâte d’amande et touron du Maghreb.
Quel est votre plus beau souvenir d’enfance ?

A 4 ans, je voulais retrouver mes copains. J’ai pris mon tricycle et parcouru près de deux kilomètres pour les rejoindre. A l’arrivée, une grosse fatigue, un bon goûter et un retour à la maison (en voiture).


Votre plus grande peur ?

Me noyer. A deux reprises. A 6 ans quand sœur et cousines m’ont amené dans le grand bain et lâché pour que je me débrouille. A 17 ans, sur le lac d’Annecy, en parka, lorsque notre voilier a dessalé et que je me suis retrouvé sous la coque, pris dans les voiles.
Votre plus gros fou rire ?

Revenir de Montpellier, louper l’embranchement de Toulouse et s’arrêter à Cadaqués.

 

Quelle est votre émission TV préférée ?

Les matchs de H-Cup, surtout ceux du Stade Toulousain.
Et celle que vous détestez ?

La future coupe du monde au Qatar en 2022. Accepter de faire jouer à plus de 45° dans des stades surchauffés ou climatisés, est scandaleux. Le fric roi, même du Qatar, très peu pour moi…

 

Quel est votre péché mignon ?

Boire un verre de vin blanc avec des huîtres face à la dune du Pila.

 

La pire soirée que vous ayez connue ?

Adolescent, aller en « boom » et ne pas savoir danser ni parler et ne pas boire. Faire rire, et attendre une heure décente pour m’échapper. Depuis, j’ai appris à danser, boire (modérément), rire et parler, toujours pas chanter hélas.

 

Votre restaurant toulousain préféré ?

Un air de famille.
Quelle est la chanson que vous aimez fredonner sous la douche ?

« Here’s to you Nicolas and Bart », de Joan Baez, qui dénonce l’exécution de Sacco et Vanzetti, syndicalistes anarchistes exécutés aux Etats-Unis, en 1927 et reconnus innocents en 1977.
Quel est votre gadget préféré ?

Un échenilloir… pour tailler les branches du tilleul de notre jardin, le plus grand arbre du village.
Quel est votre animal préféré ?

L’Homme, puis le chat, enfin le hérisson, en tout cas celui que j’ai retrouvé près de ma table de nuit.
Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

Continuer à répondre à ce questionnaire, et le soir venu, prendre un verre de blanc frais, un Muscat sec des Corbières.

 

Propos recueillis par Séverine Sarrat

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.