Ligne G L’APAT interroge François Chollet

Frédéric Brasilès

Dans sa dernière interview au Journal Toulousain, François Chollet, président du groupe «Toulouse Métropole d’Europe» à la Communauté Urbaine, évoquait ses différences avec Jean-Luc Moudenc, président du groupe «Toulouse pour Tous» sur d’importants chantiers toulousains tels que la Ligne G du tramway. Suite à ces déclarations, le Président de l’APAT (Association pour un Autre Tracé), Frédéric Brasilès, monte au créneau.

«Le tramway, la question du double contournement… Nous avons des différences de fond sur les grands dossiers toulousains avec l’équipe de Jean-Luc Moudenc. Nous voulons une opposition autrement.» (Journal Toulousain du 15 mars 2012) C’est cette déclaration faite par François Chollet, président du groupe «Toulouse Métropole d’Europe» à la Communauté Urbaine, sur la ligne G du tramway, qui étonne Frédéric Brasilès. Le président de l’APAT (Association pour un Autre Tracé) raconte : «Lorsque nous avons pris connaissance du projet de cette ligne G, j’ai fait le tour de tous les partis politiques : ceux qui ont voulu ou pas me voir, comme ceux qui avaient ordre de ne pas le faire… Et aujourd’hui je suis surpris par les dires de Monsieur Chollet dans votre hebdomadaire. Car ce dernier est venu me dire qu’il soutenait totalement l’association APAT et qu’il serait prêt à s’investir à nos côtés. Au final, je constate d’une part qu’il ne s’est pas beaucoup investi, loin de là, et que d’autre part, son positionnement dans mon bureau est exactement le même que celui de Monsieur Moudenc, c’est-à-dire la reconnaissance d’un tracé farfelu, inutile et très coûteux pour les Toulousains.»
Pour rappel, l’opposition toulousaine s’est scindée en deux fin 2010, avec d’un côté le clan Moudenc «Toulouse pour tous» et de l’autre, celui de «Toulouse Métropole» (désormais «Toulouse Métropole d’Europe») présidé par François Chollet à la Communauté Urbaine. A maintes reprises, Frédéric Brasilès s’est défendu d’être le porte-drapeau de l’ancien maire de Toulouse dans cette affaire : «Notre association est apolitique.» martèle-t-il depuis le début. «Mais sans Jean-Luc Moudenc» précise-t-il, «nous n’aurions jamais pu avancer dans ce dossier comme nous l’avons fait. D’ailleurs il n’a pas tenté de le récupérer politiquement, ce qui est tout à son honneur. Il nous a ouvert les portes que Pierre Cohen a fermées à triple tour.»

Travaux ligne Tramway

Moudenc/Chollet : deux noms qui en tout cas pourraient peser lourd à droite dans la bataille des municipales toulousaines de 2014. Contacté par nos soins, François Chollet se réserve le droit de répondre dans le prochain numéro de votre hebdomadaire.

Claire Manaud

Au-delà de la polémique

Sur le fond

 

L’APAT attend désormais que le tribunal administratif juge l’affaire au fond. Mais l’association s’interroge toujours sur la décision du conseil d’Etat qui le 3 octobre dernier, a accordé la reprise des travaux de la ligne G. «Nous ne comprenons pas comment nous avons pu gagner au tribunal administratif et perdre après avec les mêmes pièces ?» se demande Frédéric Brasilès qui ajoute, «les juges parisiens se sont basés sur une attestation du GART, Groupement des Autorités Responsables de Transport, présidé par Roland Ries, maire PS de Strasbourg. Il y a des questions à se poser.» La mise en service de la ligne G du tramway qui reliera les Arènes à Palais de Justice, est prévue pour 2014.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.