[Lettre ouverte] L’Abbé Thieux écrit à Jean-Luc Romero

©DR
©DR

Cher Monsieur Romero,

Quelque temps après les événements dramatiques de janvier, qui ont ensanglanté notre pays, vous avez publié un tweet, le 15 février dans lequel vous affirmez : « La laïcité comme l’athéisme ne tuent pas. Le fanatisme religieux a toujours tué depuis la nuit des temps ! Défendons la laïcité ».

Si je suis d’accord avec vous pour défendre la laïcité, je trouve cependant les premières affirmations de votre tweet un peu légères pour ne pas dire inexactes. Elles séduiront bien entendu tous ceux, dont vous faites partie, qui ne supportent pas la religion, mais elles sont loin de la réalité.

Vous oubliez tout d’abord que ce mot, laïcité, est un terme d’origine ecclésiastique puisqu’il désigne celui qui n’est ni clerc ni religieux. C’est sous la troisième République qu’apparaît l’idée qu’il convient de séparer le pouvoir religieux du pouvoir temporel, et c’est plus tard que ce pouvoir temporel revendiquera l’éradication du fait religieux, l’accusant un peu vite de tous les maux pour le renvoyer à la seule sphère privée.

Vous dites que la laïcité, comme l’athéisme, ne tuent pas. Mais oubliez-vous les campagnes de déchristianisation voulues par nos révolutionnaires athées, et qui ont abouti à emprisonner environ un demi-million de personnes, à en exécuter environ 100.000 ? Oubliez-vous Staline, qui n’était certes pas un pilier de sacristie et ses 15 à 20 millions de morts ? Oubliez-vous Hitler qui se croyait chargé par la Providence (!) de détruire le catholicisme et qui a odieusement éliminé des millions de Juifs pour la seule raison qu’ils étaient juifs, donc croyants ? Oubliez-vous Mao, qui imposa à sa population le collectivisme communiste et la dictature du parti unique et dont la politique du «grand bond en avant» fit entre 20 et 43 millions de victimes ? Oubliez-vous les 7000 religieux éliminés en Espagne dans la seule année 1936 ? Et savez-vous qu’il y a plus de martyrs chrétiens au cours du 20ème siècle que dans tous les siècles précédents, à commencer par le génocide arménien…

« Affirmer que la laïcité et l’athéisme ne tuent pas est, pour le moins, une contre-vérité »

Il ne s’agit pas bien entendu, car je vous entends déjà protester, de nier les victimes des guerres de religion, ni les exactions de l’Inquisition, à propos de laquelle il convient quand même de préciser – tous les historiens vous le confirmeront – d’une part que l’Inquisition n’a jamais eu le pouvoir de tuer (cela était du seul registre de l’État) et d’autre part que le nombre de morts reste peu élevé par rapport aux autres victimes citées plus haut. Certes une victime du fanatisme est une victime de trop, toujours et partout. Mais affirmer que la laïcité et l’athéisme ne tuent pas est, pour le moins, une contre-vérité.

De même, dire que le fanatisme religieux a toujours tué depuis la nuit des temps est un raccourci et une exagération manifestes, qui oublie un peu vite l’apport de la religion en matière de paix sociale. Relisez ne serait-ce que votre histoire de France et vous verrez que l’apport de la religion est tout autre que négligeable ou néfaste.

Et que dire de notre devise républicaine : « liberté, égalité, fraternité » ? Trois concepts qui appartiennent totalement au patrimoine religieux en général, chrétien en particulier.

Je respecte profondément votre choix de n’être ni croyant ni pratiquant, mais de grâce, ne transformez pas la laïcité en arme de destruction de la religion. Le principe de séparation entre l’Église et l’État est une très bonne chose, mais il ne signifie pas que les chrétiens ne doivent rien faire d’autre que se taire ; ils ont des convictions et c’est un droit fondamental de pouvoir les exprimer librement et en public.

De la part de L’Abbé Thieux

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Marseille ; Docteur en théologie de l’Université pontificale de la Sainte Croix de Rome. Il a créé l’application smartphone et tablette «Carpe Deum». À Toulouse, il exerce son ministère comme aumônier étudiant.

 

Destinataire de la lettre :

Jean-Luc Romero est conseiller régional (PS) en Ile de France, militant associatif, président de l’ADMD. Il est connu pour ses positions laïcistes.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.