L’Etat, vecteur de la réalisation de l’égalité Femmes-Hommes

« L’égalité entre les femmes et les hommes est un impératif social et républicain, On ne peut plus accepter que la moitié de la population française (les femmes) subisse un traitement inégalitaire dans la société et le monde du travail », c’est ainsi que s’exprime  Catherine Hugonet  Déléguée régionale aux droits des femmes et à l’égalité en Midi-Pyrénées. Une  femme de conviction qui   prend à cœur sa mission qu’elle exerce avec la rigueur propre à sa fonction mais avec ouverture d’esprit. Rencontre.

 

 

Pourquoi les lois ou accords interprofessionnels concernant l’égalité professionnelle qui se sont succédé depuis 1972 ont été si peu efficaces ?

 

C’est une priorité qui n’est jamais prioritaire ! Parce que les stéréotypes de genre (idées reçues sur le rôle respectif des femmes et des hommes) sont ancrés depuis longtemps dans nos sociétés et sont souvent considérés comme « naturels », ainsi que le montre une anthropologue célèbre, Françoise Héritier, qui parle de « naturalisation des rôles sociaux ». Ils sont tellement ancrés, figés dans nos comportements et nos pratiques (aussi bien ceux des hommes que ceux des femmes), y compris lorsque nous adhérons au principe d’égalité entre les sexes, que nous nous construisons avec et reproduisons inconsciemment ces stéréotypes. Et puis parce que l’égalité femmes-hommes a longtemps et est encore, considérée comme une « obligation de plus » pour les entreprises, non prioritaire au regard d’autres réglementations, et ne l’est pas comme une opportunité : celle de s’adjoindre toutes les compétences et tous les talents, d’améliorer sa productivité, l’innovation et le recherche, l’ambiance et la qualité de vie au travail, une opportunité d’avoir un meilleur accès aux marchés publics, d’étendre sa clientèle et d’améliorer son chiffre d’affaires.

 

Midi-Pyrénées a été choisi comme territoire d’excellence en matière d’égalité professionnelle femmes-hommes par la Ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. ; L’État et la Région mènent des actions conjointes qui visent à réaliser l’égalité professionnelle dans les TPE et PME et à développer la mixité des filières et des métiers. En tant que déléguée régionale, quels sont vos objectifs et les actions que vous engagez sur le terrain ?

 

En Midi-Pyrénées, la convention cadre État-Région a été signée le 14 février 2013 en présence de la ministre des droits des femmes. A ce jour, plus de 70 actions sont déjà répertoriées : des études, diagnostics, une analyse des accords signés dans la métallurgie et des préconisations élaborées avec les partenaires sociaux et le MIDACT (l’agence pour l’amélioration des conditions de travail Midi-Pyrénées)… Toutes ces actions ont pour but de développer une culture commune de l’égalité entre les femmes et les hommes, une amélioration de la négociation collective, du nombre et de la qualité des accords  «égalité professionnelle et salariale femmes-hommes». Il s’agit prioritairement d’apporter un appui aux entreprises qui ont la volonté de faire. Une journée régionale a été organisée le 7 novembre à Toulouse par le groupe GDF-SUEZ en partenariat avec l’État et la CGPME afin d’apporter un appui aux PME ; savoir-faire, outils, bonnes pratiques… Des entreprises vont être accompagnées et soutenues dans leurs projets : une quinzaine en Ariège, 20 en Haute-Garonne et 6 dans le Gers. Un accompagnement collectif dans les Hautes-Pyrénées et en Tarn et Garonne est également en cours d’élaboration.  Une journée pour l’égalité professionnelle s’est par ailleurs déroulée en Ariège, à Ax les Thermes le 4 avril 2013 en lien avec nos partenaires ariégeois (pôle emploi, Direccte, organisation professionnelle,…) et deux entreprises : la Savasem (exploitation du domaine skiable) et les thermes du Teich. L’objectif était de découvrir en situation 9 métiers présentés par les salarié-e-s de la Savasem, entreprise qui souhaite développer la mixité au sein de ses équipes, et de réfléchir avec le chef d’entreprises et ses cadres aux avancées, aux freins rencontrés dans  la mise en œuvre de la diversification des métiers. Aux thermes du Teich, nous avons rencontré une femme en situation de responsabilité, la directrice des Thermes, qui nous a fait part de son expérience dans la mise en œuvre de l’égalité femmes-hommes dans une entreprise très féminisée d’activité saisonnière liée au tourisme en zone de montagne. Un plan d’action et d’accompagnement à la mise en place d’un plan d’égalité et d’une diversification des métiers a vocation à être ensuite décliné.

 

La mixité des métiers fait partie des objectifs de la convention « territoires d’excellence » en Midi- Pyrénées,  c’est un enjeu important ?

 

La mixité des métiers est l’une des conditions de réalisation de l’égalité femmes-hommes, notamment parce que les filières très féminisées proposent des emplois moins bien rémunérés, moins bien classifiés dans les grilles de salaires, proposant moins de possibilités de gravir les échelons hiérarchiques et plus souvent à temps partiel morcelé dans la journée. L’enjeu est donc de permettre un élargissement des choix d’orientation scolaire et professionnelle aux jeunes filles et aux jeunes garçons, aux hommes et aux femmes. Cela passe par un travail de déconstruction des stéréotypes auprès de différents publics : les jeunes filles et garçons, les professionnel-le-s de l’éducation, de l’orientation, de la formation, de l’emploi-insertion, les branches professionnelles, les entreprises…

Dans le cadre de la convention des « territoires d’excellence », 34 actions sont d’ores et déjà en marche.

 

Quelques exemples d’action ?

 

Oui. Pour les publics scolaires, « Métiers 2 Visu » est une exposition itinérante conçue dans un partenariat entre la mission égalité Filles-Garçons, la mission école-entreprise du rectorat, l’Onisep et 14 branches professionnelles. Son objectif est une meilleure connaissance des métiers par les élèves et une sensibilisation des élèves et des équipes éducatives aux freins qu’exercent les stéréotypes de genre sur l’orientation des filles et des garçons. « Les Elles du futur »  est une action pédagogique en partenariat avec Airbus qui a permis aux jeunes filles de 4e et de 3e de découvrir les métiers de l’aéronautique.

 

Le « Girl’s day » revient également pour une deuxième édition le 26 novembre…

Oui, c’est une journée nationale organisée par la SNCF qui a pour objectif de permettre à des collégiennes et des lycéennes de se retrouver dans le quotidien de la SNCF, de rencontrer des femmes de l’entreprise et d’échanger avec elles sur leur métier.

 

Le 25 novembre est la date choisie en 1960 par les Nations Unies pour célébrer la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes (qu’elles soient physiques, sexuelles, verbales, psychologiques). Pourquoi est-ce un sujet d’actualité, quels sont vos objectifs, actions ?

 

En France, une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon. Elles ont été 148 en 2012. Le ministère des droits des femmes a fait de la lutte contre toutes les violences faites aux femmes sa priorité, avec des mesures phares : Le délit de harcèlement sexuel a été rétabli par la loi, une Mission Interministérielle contre les violences (MIPROF) a été installée le 10 janvier, l’accueil des femmes victimes de violences est amélioré. Des lieux d’accueil de jour des femmes victimes de violences ont été financés dans 62 départements en 2012. En Midi-Pyrénées, 3 départements (Aveyron, Tarn, Tarn et Garonne) ont été retenus  en 2012 et 4 autres départements en 2013 (Ariège, Haute-Garonne, Gers et Hautes-Pyrénées). Par ailleurs, la généralisation du téléphone d’urgence aux femmes en grand danger qui est en phase expérimentale en 2013 sera effective au 1er janvier 2014. Autour de cette date, de nombreuses actions se dérouleront dans les 8 départements de Midi-Pyrénées : des projections/débats, films, pièces de théâtre, des séances d’informations auprès des jeunes, des expositions artistiques, des conférences, et des campagnes d’informations.

 

Délégation Régionale aux droits des femmes et à l’égalité

 

La délégation Régionale aux droits des femmes et à l’égalité est une mission de l’Etat, placé sous l’autorité du Préfet de Région. Son rôle est de mettre en œuvre la politique gouvernementale en faveur de l’égalité entre F/H selon les spécificités du territoire ; promouvoir, réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans tous les domaines : vie professionnelle et salariale, économique, politique et sociale et de lutte contre les violences faites aux femmes. Catherine Hugonet exerce un rôle de veille, d’expertise, d’ingénierie, d’animation et de coordination sur ces sujets en lien avec les chargées de mission départementales aux droits des femmes et à l’égalité ;

Elle définit la stratégie et la programmation des actions qui sont mises en œuvre dans chaque département  sur la base du diagnostic de la situation des femmes dans la région, et bien d’autres missions en lien avec les acteurs locaux (institutionnels, collectivités territoriales, organismes socio-économiques et associations)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.