Les Hommen à Toulouse contre le mariage pour tous

Jeudi soir, une quinzaine d’Hommen se sont rassemblés sur le square Charles de Gaulle à Toulouse pour protester contre le mariage pour tous. Au signal de leur responsable, le Parisien Louis Duplay, ces jeunes hommes masqués de blanc, « symbolisant le peuple de France » et manifestant torse nu, se sont alignés, arborant sur la peau des inscriptions telles que « Non à Taubira », « save kids », ou « no gay mariage ». « Nous accusons ce gouvernement d’être aux mains de groupes de pression transnationaux, de complot fasciste, de haute trahison envers l’esprit des institutions de la cinquième république. Nous exigeons le rejet de ce projet de loi vichyste, qu’est le mariage pour tous.», ont scandé ces « citoyens lambda » qui se disent « détachés de tout collectif, ralliés à aucun parti politique ni à aucune conviction religieuse », avant de s’adresser directement à François Hollande : « Monsieur le président, écoutez les Français qui sont aujourd’hui encore et toujours dans la rue. Respecter, c’est considérer celles et ceux qui ont accepté de vous faire confiance en votant pour eux ou qui s’en remettent au respect de la majorité démocratique le cas échéant. Aujourd’hui, ils sont exaspérés devant le mépris avec lequel vous considérez leur mouvement populaire et citoyen qui ne cesse de s’amplifier sur tout le territoire français. Et pourtant ces manifestants restent déterminés et pacifiques. Eux ne brûleront pas de voiture, ne blesseront pas les forces de l’ordre mais eux ne laisseront pas massacrer la famille (…) Cette loi est injuste. Le peuple a peur pour ses enfants, la Nation française est secouée au plus profond de ses entrailles. Retirez le projet de loi, alors vous serez l’homme qui aura protégé le plus faible, l’enfant qui a besoin d’un père et d’une mère (…) »

Des propos accueillis sous les huées de certains passants, alors que les Hommen entamaient une Marseillaise. Ainsi a-t-on pu entendre des « Ferme ta gueule fasciste !», « Change de pays ! », « Remets ton t-shirt », « Scandaleux ! », ou encore « l’amour est une liberté ». Interrogé, Louis Duplay regrette ces «signes d’hostilité » : « Ils sont le fruit d’un manque de dialogue dans notre pays, des débats qui ont été bâclés à l’assemblée nationale, des sénateurs qui n’ont pas eu la liberté de conscience de leur droit de vote. Ces réactions maintiennent un climat de tension et c’est un gros problème.» Les Hommen affirment ne vouloir «rien lâcher » : « nous arrêterons nos actions au moment où le projet de loi sera retiré » poursuit Louis Duplay. Ils seront mardi devant l’assemblée nationale pour le vote solennel et définitif du texte.

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.