Les Français et leurs voisins

Selon le résultat d’un sondage réalisé par l’institut TNS Sofres, 93 % des Français ont de bonnes relations avec leurs voisins. Pour les habitants de Midi-Pyrénées, le meilleur des voisins est d’abord celui qui est discret, alors que le pire est celui fait du bruit… L’analyse en détail de Brice Teinturier, Directeur Général Adjoint de TNS Sofres.

 
La quasi-totalité des Français déclarent avoir de bonnes relations de voisinage…

93 % des Français ont de bonnes relations avec leurs voisins, celles-ci étant majoritairement qualifiées d’amicales (49 %) et de cordiales, justes polies (44 %). Dans seulement 5 % des cas, les relations entre voisins sont déclarées inexistantes voire, tendues, difficiles dans 1 % des cas. Ce sont les personnes les plus âgées (75 ans ou plus) qui déclarent davantage avoir des relations de voisinage amicales (57 %), alors que les jeunes (moins de 35 ans) sont seulement 43 % à les considérer ainsi et les qualifie davantage que leurs aînés d’inexistantes (9 %). Des différences régionales peuvent également être observées puisque les habitants d’Alsace (58 %) et du Limousin (54 %) jugent plus amicales que la moy-enne leurs relations avec leurs voisins. A l’opposé, c’est en Île-de-France que les relations de voisinage sont jugées les moins amicales (41 %), en Bretagne et en Champagne Ardenne qu’elles semblent le plus distantes : 9 % y jugent inexistantes les relations avec leurs voisins.

Trois catégories de voisins désagréables : les bruyants, les fouineurs et les impolis

Lorsqu’on demande aux Français l’idée qu’ils se font du pire des voisins, ils répondent d’abord, pour 31 % d’entre eux, qu’il s’agit de celui qui fait du bruit le dimanche ou après 22h, suivi à 26 % de celui qui les observe, les épie et de celui qui ne leur dit jamais bonjour (26 % également). Viennent ensuite celui qui a un animal agressif, bruyant ou sale (23 %), celui qui détériore ou qui salit les parties communes (23 %) ou encore celui qui râle toujours contre le moindre bruit (18 %). En revanche celui dont les enfants sont mal élevés (13 %), celui qui gare ou range sa poussette, son deux roues ou sa voiture n’importe où (9 %) et enfin, avec 2 %, celui qui passe son temps à demander des services semble moins déranger les Français.
En Île de France (36 %), de même dans le Nord-Pas-de-Calais et en Lorraine (35 %) le pire des voisins est davantage qu’ailleurs considéré comme celui qui fait du bruit alors que dans le Limousin (35 %), en Basse-Normandie (33 %), en Poitou-Charentes (33 %), dans le Languedoc-Roussillon (32 %) et en Auvergne (31 %), le pire des voisins est surtout celui qui vous observe, vous épie. En Bretagne (38 %) et en Picardie
(32 %), on accorde davantage d’importance à la politesse, puis-que le pire des voisins est avant tout celui qui ne dit jamais bonjour. Enfin, les habitants de Champagne Ardenne se montrent particulièrement sensibles à la présence d’animaux dans leur voisinage, 38 % d’entre eux considérant que la pire situation est d’avoir un voisin maître d’un animal agressif, sale ou bruyant.

Le meilleur des voisins : celui qui est discret, poli et aimable

Si pour les Français, le pire des voisins est envahissant, le meilleur est, sans surprise, celui qui sait se montrer discret. Ainsi, 40 % des Français interrogés déclarent que pour eux, le meilleur voisin est celui qui est discret, ou celui qui est poli (40 % également) suivis à 32 % par celui qui est toujours aimable. Moins fréquemment, le meilleur des voisins est celui qui les dépanne lorsqu’il leur manque quelque chose (21 %), celui qui est à leur écoute et prend de leurs nouvelles (21 %) et celui qui arrose leurs plantes ou s’occupe de leur animal domestique quand ils ne sont pas là (15 %). Enfin, de manière plus marginale est évoqué celui qui garde leur clé pour ouvrir à quelqu’un lorsqu’ils ne sont pas là (10 %), celui qui les invite régulièrement (4 %) et celui qui n’est jamais là (2 %). Si les habitants des petites agglomérations préfèrent un voisin discret, ceux des plus grandes favorisent en revanche la politesse. Dans les régions, les préférences balancent également entre les deux qualités : la discrétion est largement préférée en Bretagne (50 %), dans le Limousin (47 %), en Midi-Pyrénées (44 %), dans le Pays de la Loire (41 %) et en Lorraine (40 %); la politesse étant privilégiée dans le Nord-Pas de Calais (53 %), en Haute-Normandie (44 %), en Auvergne (39 %) et en Île-de-France (39 %). Il est enfin intéressant de noter que les jeunes (moins de 35 ans) préfèrent largement un voisin poli à un voisin discret, tandis que les plus âgés (plus de 75 ans) privilégient l’amabilité (28 %) et le fait d’avoir un voisin à leur écoute, qui prend de leurs nouvelles (28 %).

Sondage TNS Sofres réalisé
auprès de 4375 personnes de plus de 15 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.