Les compagnies aériennes multiplieraient les surtaxes

Confrontées depuis quelques mois à la baisse du trafic aérien, les compagnies rivaliseraient d’ingéniosité, dans le but de faire des économies, ce qui peut paraître louable. Sauf que le plus souvent ces belles intentions sont supportées par les clients. C’est ainsi qu’Air France va faire payer le deuxième bagage en soute sur ses vols transatlantiques. Que British Airways envisage de rendre payante une bonne partie des services qui sont actuellement gratuits. On parle des repas, jusque-là offerts à bord de ses avions et qui lui faisait une belle notoriété. Sauf que cette mesure radicale, lui ferait économiser la bagatelle de 26 millions d’euros/an. Dans cette belle harmonie d’économie, la compagnie aérienne britannique a également décidé de réduire sa participation financière aux repas de son personnel, là aussi avec en vu l’économie de près de 3 millions d’euros par an.

 
Idem pour les réservations de places particulières. Aujourd’hui, Air France, s’apprête à demander 50€, aux passagers de classe économique, s’ils désirent réserver un siège aux issues de secours, là où il est convenu de pouvoir, sans gêner, allonger ses jambes. 15 dollars pour s’assurer une place près d’un hublot sur un vol international de Northwest Airlines. Etc…  

Pour les bagages supplémentaires…

C’est la compagnie espagnole Iberia qui vient apporter sa différence en annonçant qu’elle aller faire payer l’enregistrement des bagages en soute. Il serait prévu un supplément de 15 euros par valise embarquée. Rappelons qu’American Airlines avait déjà adopté cette stratégie, voilà quelques mois, en facturant logiquement l’enregistrement d’un deuxième bagage sur ses vols. Mais les Espagnols comme les Américains pourraient se voir imités, avant fin 2009, par Air France. 

Suppression du personnel d’enregistrement ?

Ca n’est plus une idée en l’air car voilà quelques mois que certaines compagnies contraignent leurs passagers à s’enregistrer eux-mêmes. Ce qui leur permet d’économiser sur un nombre important d’emplois de personnels au sol. C’est ainsi que depuis juillet 2009, les passagers des classes économiques de la compagnie helvétique Swiss ont, à l’aéroport de Zurich pour seul interlocuteur des bornes d’enregistrement  automatique qui portent bien leur nom.
Nous vivons une étrange décennie où tout se déshumanise, pour nous faire croire à des économies ici et là. Sauf que dans le même temps on crée des “appels d’air” qui vont déstabiliser toute une société et au bénéfice de qui ?

David Bellinger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.