Les ambassadeurs Toulousains : Les chevaliers du Fiel

«Nous sommes fiers d’être d’ici !»

Les Chevaliers du Fiel

Eric Carrière et Francis Ginibre forment depuis 1984 l’un des duos comiques les plus médiatisés de France. Les deux Toulousains sont aujourd’hui au sommet de leur popularité, «cartonnent» régulièrement sur France Télévisions et font une tournée nationale qui passera par notre «Printemps du Rire» le 19 mars prochain (dans «leur» théâtre «La Comédie de Toulouse»). Francis Ginibre nous livre sa passion pour la «ville rose.»

Vous êtes en pleine tournée nationale et vous venez de conclure un mois de représentations à Paris («La Cigale»). Quel accueil les Parisiens ont-ils réservé à votre «Best Ouf»?

14 000 places avaient été pré-vendues. On savait que ça allait être un succès ! Mais là, le succès est tel que nous rajoutons deux dates au Zénith de Paris les 1er et 2 juin prochains.

Cet accueil est une surprise pour vous ?

On le prend avec bonheur mais ce n’est plus vraiment une surprise, c’est le résultat d’années de travail. Nous avons écumé toutes les scènes de France pendant des années… Et depuis quelque temps, nous sommes fortement relayés médiatiquement par France Télévisions, et désormais également par France Bleu. L’envergure est nationale.

Revenons à Toulouse, votre ville, où vous avez lancé un nouveau théâtre «La Comédie de Toulouse» (quartier des Chalets)… Avec quel objectif ?

Il s’avère que sur Toulouse, ce type de théâtre n’existait pas. Nous avons su imaginer un petit théâtre à l’italienne, très «cosy», qui crée une vraie relation entre le spectateur et l’artiste. Nous voulions aussi avoir un outil de travail sur Toulouse, un lieu à nous, que nous pouvions partager avec d’autres artistes. C’est une façon de dire à nos amis comiques «Venez à Toulouse, venez chez nous !», et ainsi les faire connaître aux Toulousains !

Vous sentez-vous ambassadeurs de votre ville ?

Nous le sommes de fait. Nous ne sommes pas des porte-drapeaux, nous ne portons pas de message, nous ne sommes pas mandatés pour représenter Toulouse. Mais nous aimons cette ville, nous «portons» clairement son image et nous jouons de notre accent. Nous évoquons très souvent Toulouse, avec les racines de nos personnages, ou les hommages que nous faisons à Nougaro… Et puis chez Michel Drucker ou Patrick Sébastien par exemple, nous sommes toujours présentés comme les deux Toulousains. On n’y échappe pas, et nous ne voulons pas y échapper ! Nous sommes fiers d’être d’ici !

L’identité toulousaine pour vous ?

C’est une ville un peu rebelle, proche de l’Espagne et de son esprit festif, qui se transforme vite en «bodega» géante quand il fait beau. Elle est éternellement jeune, universitaire, mais avec une tradition et une culture paysannes… Toulouse, c’est la lumière et l’authenticité du Sud-Ouest. Nougaro l’a tellement bien chanté. Son personnage lui-même était à l’image de la ville. Il a fait «swinguer» les mots avec notre accent occitan.

Propos recueillis par Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.