Les 22 et 23 novembre; Le Chocolat fait son show !

Le Parc des Expositions de Toulouse se met à l’heure des fêtes de fin d’année. Après le Salon des Vins le week-end dernier, il accueille dans une semaine, Le Chocolat dans tous ses états. Pour cette édition 2008, près de cinquante exposants, venus de la France entière pour nous faire découvrir et apprécier leur savoir-faire artisanal et bien d’autres surprises gourmandes…

 
Une fontaine géante, dégoulinante de chocolat dans laquelle les visiteurs pourront tremper gratuitement guimauves, fruits frais et autres gourmandises… 300 kilos de chocolat, et non des moindres, prêts à être dégustés… Des sculptures, véritables œuvres d’art, à toucher uniquement des yeux… Des concours artistiques, comme le 13ème Festival d’Occitanie, l’un des temps forts de ce salon, organisé par l’Association des Maîtres Pâtissiers de Midi-Pyrénées (sculpture sur glace vive, dessert à l’assiette, trophée Louis Berger) ou cet autre, mis en place par Interflora (ouvert aux moins de 30 ans et qui prépare au MOF Fleuriste) sur le thème Fleur et chocolat… Des conférences – dédicaces (voir programme détaillé en encadré) et autres leçons de goût (le samedi à 17h30 et le dimanche à 17h par Hugues Sallier de la Maison Pillon)… Des démonstrations insolites d’enveloppement pétillant et d’épilation au chocolat, de moulage et de trempage… Des ateliers enfants animés par le CFA de Muret et le Club du Chocolat de Toulouse… Oui, vraiment le chocolat va se décliner à toutes les sauces durant ses deux jours de pure gourmandise. Mais pas n’importe quel chocolat. Car ce salon veut avant tout faire la promotion de la qualité. On comprend alors aisément pourquoi la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Garonne lui a apporté tout son soutien. «Notre objectif» confie son organisatrice passionnée, Valérie Clarmont, «est de valoriser la fabrication artisanale, d’éduquer sur l’excellence. C’est la raison pour laquelle, vous n’y trouverez pas de franchises».

 

Remède anti-crise

Aucune franchise. Rien que des maisons prestigieuses venues de tout l’Hexagone, de Toulouse aussi bien sûr, toujours à la recherche de nouvelles saveurs, de nouveaux mélanges qui vont, avec les meilleurs ingrédients, donner des spécialités uniques, fleurons du patrimoine culinaire français.
A ce qu’il paraîtrait, le chocolat, lui, ne connaîtrait pas la crise. En effet, selon Yves Thuriès que les Toulousains connaissent bien, «la consommation annuelle de chocolat qui était de 4 kg par an et par habitant est passée aujourd’hui à 7 kg» (et ce Meilleur Ouvrier de France de promettre «Et nous n’en resterons pas là !»). Il aurait même d’innombrables vertus… Alors à cinq euros l’entrée à ce salon, gratifiée de surcroît d’un petit cadeau : un livre de recettes, on aurait tort en ces temps moroses, de se priver de ce petit plaisir !

Claire Manaud

Hall 1 de 10h à 19h non stop.
Gratuit pour les moins de 12 ans accompagnés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.