Législatives 2012 en Haute-Garonne : Moudenc et Diebold “oui” Alvès “non”

C’est au lendemain de l’élection du Président de la République, en juin 2012, que les Français voteront cette fois pour élire leurs députés. Du côté de l’UMP, deux annonces ont été faites ces jours derniers. A commencer par celle de Christophe Alvès. L’ex-candidat aux cantonales (Toulouse 12) malgré son score honorable (43 % des suffrages obtenus) ne se présentera pas sur la 4ème circonscription «voyant poindre plusieurs candidatures sérieuses».

 
«Les élections législatives ne sont pas une priorité pour moi.» explique le Conseiller National UMP, «Mon but premier, pour l’heure, est d’être actif au plus près de mes concitoyens du canton Toulouse-12 et j’entends demeurer à leur entier service en inscrivant mon action dans la perspective des échéances électorales de 2014, lesquelles sont en parfaite cohérence avec mon engagement de proximité. J’ai la volonté de me consacrer pleinement à la préparation des élections territoriales sur le canton 12 et d’être le relais de Jean-Luc Moudenc sur le secteur 6 de la ville en vue de la conquête de la mairie de Toulouse. Je serai naturellement présent aux côtés de celle ou celui qui sera choisi(e) pour l’aider dans sa campagne.»
Le parti de la majorité voit une autre défection, celle de Stéphane Diebold. Si l’ex-candidat aux cantonales a toutefois bien choisi de se présenter à ces Législatives toujours sur la 4ème circonscription, il ne le fera cependant pas sous l’étiquette UMP mais inscrit en tant que Divers Droite, dans un «désir de changement et de renouvellement des élus dans notre département» : «Trop de divergences m’éloignent aujourd’hui de ma formation politique, telles que le calendrier des investitures, qui ne respecte ni les électeurs, ni le candidat et le travail qui doit être fait sur le terrain lors d’une campagne électorale.» déclare Stéphane Diebold qui invoque également «De nombreuses décisions maladroites impactant la vie quotidienne des Français» ainsi qu’«une vision très “parisienne”, qui ne tient pas compte des réalités de tous les territoires.»
Jean-Luc Moudenc en revanche, «entre en campagne sans attendre l’élection présidentielle» sur la 3ème circonscription, où il a été élu Conseiller général à deux reprises, tout en affichant une volonté de candidature plus large, «pour notre pays, en apportant la touche démocrate et humaniste qui fonde depuis toujours mon engagement dans la vie publique» et pour Toulouse : «Alors que la situation de notre ville se dégrade, la voix de Toulouse est aujourd’hui bien timide à l’Assemblée Nationale. Je veux lui donner une nouvelle force !» indique l’ancien maire qui se-ra suppléé par la Conseillère régionale, Laurence Arribagé. Suite au redécoupage électoral voulu par le gouvernement, la Haute-Garonne comptera pour ces législatives 2012, dix circonscriptions électorales contre huit actuellement.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.