Le Scandale du Trou de la Sécurité Sociale !

Rare n’est pas le jour où nos dirigeants nous parlent du fameux trou de la Sécurité Sociale. Les plus optimistes nous diront qu’il frise les 11 milliards d’euros, les plus pessimistes qu’il dépasse allègrement les 20 milliards d’Euros. Là comme ailleurs à chaque institut son étude et son mode de calcul.

 
Sauf que comme toujours on demandera toujours plus de sacrifices aux Français qui en ont les moyens ou pas. Ainsi, aujourd’hui, pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c’était encore de nous faire payer… :
- Dorénavant, sur une consultation médicale,  nous versons 1 € supplémentaire.
- Nous sommes restreints lors de nos arrêts maladie… Voire même à l’étude, la manière de nous faire travailler quand même. Alors se poserait la question du certificat d’arrêt de maladie de complaisance…
- Nous devons consulter un généraliste avant de voir un spécialiste…
- Pour tout traitement de plus de 91 €, nous en serons de 18 € de notre poche,
- Taxe de 0,50 € sur les boîtes de médicaments, écologie oblige.
- Et toutes les mesures à venir car le législateur n’est jamais à cours d’innovations quand il s’agit d’imposer toujours plus les Français.

Au fait, la Sécurité Sociale est-elle vraiment en déficit ?

Oui, officiellement, toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou de la Sécurité Sociale. Sauf qu’à y regarder d’un peu plus près, on constate que bon nombre de taxes destinées justement à la Sécurité Sociale, ne sont pas reversées à cet organisme :     
- Une partie des taxes sur le tabac, soit : 7.8 milliards d’euros/an.
- Une partie des taxes sur  l’alcool, soit : 3.5 milliards d’euros/an.
- Une partie des primes d’assurances automobiles soit : 1.6 milliards d’euros/an.
- La taxe sur les  industries polluantes soit : 1.2 milliards d’euros/an.
- La part de TVA qui lui est destinée soit : 2.0 milliards d’euros/an.
- Le retard de paiement pour les contrats aidés, soit : 2.1 milliards d’euros/an.
- Le retard de paiement des entreprises, soit : 1.9 milliards d’euros/an.
Ce qui par une addition toute simple ramènerait un manque à gagner annuel, pour ne pas parler de sommes détournées de leur objectif, de 20 milliards d’euros. Pour un chef d’entreprise on parlerait d’abus de bien social, qu’en est-il pour l’Etat ou pour ses représentants fonctionnaires ?
Conclusion, si les responsables de la Sécurité Sociale et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards d’euros “de trou” seraient aujourd’hui convertis en 9 milliards d’euros d’excédent.
Des chiffres qui sont issus du rapport des comptes de la fameuse Cour des Comptes…

David Bellinger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.