Le retour du classique avec Carmina Burana

Carmina Burana de Carl Orff débarque sur Toulouse. Conté par Ève Ruggieri et dirigé par Grigori Penteleïtchouk, ce spectacle offre un mélange musical et artistique délicieux. Les artistes nous font découvrir des poèmes médiévaux, formant un recueil de chants religieux et profanes, rédigé entre 1225 et 1250. Et grâce à une politique économique remarquable, des places à prix très avantageux sont proposées aux étudiants, enfants, demandeurs d’emploi et handicapés. Une représentation accessible à tous et pour tous !

 
Une explosion de sensations. Le spectacle de Carmina Burana de Carl Orff, conté par Ève Ruggieri et dirigé par Girgori Penteleïtchouk, se produira dans la Ville rose le lundi 21 mars, au Zénith. Composée de cent-soixante artistes (provenant de l’orchestre chœur et ballet de l’Opéra National d’Ukraine), cette représentation va en séduire plus d’un. La version ballet de “Carmen Suite” (Bizet/Shchedrin) en constitue la première partie. Celle-ci est une mise en bouche délicieuse de ce qui attend les spectateurs avec Carmina Burana. Deux mises en scène qui apportent un plaisir aussi bien visuel qu’auditif. Dans un cadre simple, sans décor, seul le mouvement harmonieux des danseurs, accompagné d’un jeu de couleurs et d’une composition musicale sans failles, provoque en chacun un émoi certain. Pour cela, Carl Orff a sélectionné et organisé 24 des 48 poèmes retrouvés. Il forme alors un livret contenant des textes en latin, moyen et haut allemand et très vieux français. Les sujets profanes dont il traite sont nombreux et universels : la fluctuation constante de la fortune et de la richesse, la nature éphémère de la vie, la joie apportée par le retour du printemps, les plaisirs de l’alcool, la bonne chère, le jeu, la luxure, etc.

Des tarifs renversants

La musique classique pour tous, c’est l’objectif des organisateurs. Pour que ce spectacle reste accessible à une majorité de personnes, un tarif promo est mis en place. Des emplacements à 20 euros sont disponibles pour les moins de 18 ans, les étudiants, les demandeurs d’emploi, mais aussi pour les personnes handicapées (l’accompagnant n’ayant pas besoin de payer son siège). Pour que cela soit réalisable, des partenaires privés ont été sollicités. De cette façon, chacun peut découvrir ou redécouvrir le monde classique. Et cela fonctionne. Sur ces deux premières tournées, le spectacle compte 48 000 spectateurs sur 15 dates dont 5 000 places réduites à 20 euros. Un projet audacieux réussi mais qui ne fut pas simple à réaliser.

 

Un peu d’histoire

Tout commence en 2003. Grigori Penteleïtchouk, directeur artistique et musical du spectacle, a pour idée de créer un festival : “Les Nuits Musicales Sainte Victoire”. À cette même période, il consulte Ève Ruggieri, journaliste et productrice française, et lui annonce son projet : produire “Carmina Burana” de Carl Orff autour de chorégraphies composées de danse classique. C’est six ans plus tard, en 2009, lors de la quatrième édition du festival “Les Nuits Musicales Sainte Victoire”, que Grigori et Ève présentent la nouvelle version surprenante de “Carmina Burana”. Cette dernière enthousiasme l’auditoire, ce qui lui promet un succès certain. La porte vers des communes, autres que celle partenaires du Pays d’Aix, s’ouvre avec la complicité de l’Opéra National d’Ukraine – Lviv. C’est pourquoi le Zénith de Toulouse peut enfin présenter un spectacle classique à la hauteur des attentes des mélomanes, mais aussi à la portée de tout un chacun. À découvrir le 21 mars prochain !

Céline Galbrun

Pour les intéressés, les DVD et CD audio du spectacle
sont désormais disponibles. La tournée continue partout
en France jusqu’en décembre 2011. Elle risque de s’étendre
à l’international (au Moyen-Orient, Espagne, Allemagne, Italie) en fin d’année 2012.
Un témoignage de la popularité de cette représentation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.