Le palais archiépiscopal qui devint Préfecture

Sur la Place Saint Etienne, à droite de la Cathédrale éponyme, se dresse la partie la plus ancienne de la préfecture de la région Midi-Pyrénées et du département de la Haute-Garonne. Un bâtiment inscrit monument historique depuis le mois d’octobre 1990, dont l’histoire est presque insoupçonnable.  Depuis le Moyen-Age, un évêché serait installé sur ce site. Certains éléments du palais datant du XVème siècle seraient conservés dans l’édifice actuel. A la fin du XVIIème siècle, le petit cousin du Ministre Colbert, Jean-Baptiste Michel, était nommé archevêque de Toulouse. C’est à ce Colbert que nous devons la reconstruction du palais archiépiscopal. Son successeur, un certain Charles de Brienne, en peaufina la décoration intérieure. A la Révolution, le palais change de destination. Après avoir accueilli l’évêque métropolitain du Sud une dizaine d’année, il héberge, dès 1800, le directoire du département. Puis en 1808, à l’occasion d’une visite dans la ville rose, l’Empereur Napoléon 1er, y établit le siège de la préfecture. Le palais préfectoral est un magnifique ensemble qui s’est étoffé au fil du temps de quelques édifices voisins dont le l’hôtel Ducos de Lahitte dans la seconde moitié du XIXème. La préfecture cache aussi quelques jardins qui sont visibles depuis les salons et pièces de réception. Le tout premier préfet nommé en Haute Garonne en 1800 s’appelait Joseph-Etienne Richard (dit Richard de la Sarthe).

Ema

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.