Le Grand-Maître du Grand-Orient se livre

Le week-end dernier, le « Salon du livre et de la culture maçonniques » a créé l’événement à Toulouse. L’occasion d’échanger avec Daniel Keller, Grand-Maître du Grand Orient de France.

 

Ce type de manifestations permet à des non-initiés de découvrir la Franc-Maçonnerie. Quel message leur délivrez-vous pour les intéresser à la chose maçonnique ?

 

Qu’ils profitent de tels événements pour s’intéresser à notre patrimoine culturel et à notre histoire, car c’est une merveilleuse clé d’entrée pour comprendre les origines de la Franc-Maçonnerie. On oublie souvent que la Franc-Maçonnerie a une histoire et qu’elle s’est construite à travers une aventure qui trouve sa source au 18e siècle. Et ce n’est pas un hasard si l’apogée de la philosophie des Droits de l’Homme coïncide avec la naissance de notre ordre… La Franc-Maçonnerie est en quelque sorte la fille du siècle des Lumières.

 

Dans cette période de crise et de troubles, quelle est la place du Franc-Maçon ?

 

Son rôle est de rappeler les valeurs qui l’animent, et en priorité celle de l’Humanisme. Nous croyons profondément au progrès de l’Homme et pensons que nous pouvons bâtir collectivement un monde meilleur. C’est tout le combat du Franc-Maçon à travers l’Histoire. Aujourd’hui la République est malmenée par certains, et nous pouvons en effet craindre d’aller vers une période où les mots perdent de leur sens…

 

Le Franc-Maçon doit-il profiter de cette période pour être un peu moins secret ?

 

On a beaucoup glosé sur la notion de secret, mais il y a plutôt une discrétion maçonnique due au fait  que ce n’est pas un simple club. C’est une société initiatique avec un mode opératoire un peu décalé avec le monde d’aujourd’hui. La Franc-Maçonnerie est quelque chose qui se vit, mais qui ne se raconte pas… Il n’en demeure pas moins que chaque Maçon est libre de se dévoiler.

 

Dans quel état de santé la Franc-Maçonnerie est-elle en France ?

 

Elle se porte plutôt bien si l’on en juge ses effectifs. Des profanes toujours plus nombreux nous rejoignent et beaucoup se rendent compte de la pertinence du projet maçonnique.

 

La montée du Front National vous inquiète-t-elle ?

 

Je ne vis pas les yeux sur les sondages, mais nous ne pouvons pas tricher sur les valeurs qui sont les nôtres. Les Francs-Maçons doivent être intransigeants face à cette montée des extrêmes et sur les valeurs qui sont celles de la République et de l’Humanisme. Nous ne devons pas nous tromper par rapport à l’offre politique en vigueur car nos valeurs ne sont pas défendues identiquement par tous les partis.

Propos recueillis par Thomas Simonian

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.