Le droit d’asile en danger

La coordination française pour le droit d’asile, qui regroupe un grand nombre d’associations, vient de rendre public son rapport annuel. A Toulouse, ce sont Pierre Grenier (délégué de la Cimade) et Natalys Martin (juriste à Amnesty International) qui se sont chargés  de dresser un tableau inquiétant : « Le constat est que la crise du droit d’asile s’aggrave en France. Les pouvoirs publics mettent des barrières législatives de plus en plus fortes. » Natalys Martin s’inquiète d’ailleurs fortement de l’accueil fait en préfecture, à ces demandeurs qui fuient des persécutions dans leurs pays : « Je suis choquée par l’impunité qui touche nos préfectures. Elles ont toutes des pratiques illégales. » A Toulouse comme ailleurs, elles refusent trop souvent de simplement recevoir des demandeurs, qu’ils soient mineurs ou non d’ailleurs. Une conséquence directe de combats politiques liés aux avancées en termes de décentralisation, et qui font que les Conseils Généraux n’ont plus les moyens d’assumer : « Les réfugiés mineurs n’ont pas à être les victimes d’un jeu politique. »

 

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.