Le DAL agite les débats municipaux

Les militants du DAL (Droit Au Logement) ont décidé de perturber l’entame des débats du dernier conseil municipal, qui s’est tenu le 15 mars. En cause, une lettre ouverte laissée sans réponse qu’ils ont adressée à Pierre Cohen, afin d’obtenir des réquisitions de logements vacants (2000 selon le DAL). Le maire de Toulouse a refusé fermement de leur donner la parole, a suspendu la séance et est allé à leur rencontre pour s’expliquer directement, et pour répondre aux slogans scandés tels « Un toit c’est un droit » : « Ce Conseil Municipal se doit de ne pas accepter d’être perturbé, et votre lettre ouverte est un mensonge. Vous donnez comme impression que la réquisition est simple. Or, elle est très compliquée. » A l’issue de cet épisode, les travaux des élus ont pu tout de même s’ouvrir afin de rendre un hommage solennel aux victimes de Mohamed Merah : « Une douleur qui a touché toute la France et au-delà » pour Pierre Cohen, « Toulouse reste et restera une ville d’accueil et de tolérance » pour Malika Aradj (groupe des Non-Inscrits), « Convivencia » a adressé Jean-Luc Moudenc. René Bouscatel (« Toulouse métropole d’Europe ») a profité de cette séance pour poser le débat de la sécurité, et notamment de la vidéosurveillance : « Il est prévu 21 caméras seulement, serais-je tenté de dire, quand on sait les besoins identifiés dans certains quartiers… » Le président du Stade Toulousain a tenu d’ailleurs à faire un exemple, en demandant une réflexion sur l’installation de caméras rue Bayard. Pour terminer, et au moment où François Hollande recule sur le dossier, Pierre Cohen a quant à lui présenté un vœu pour le droit de vote des étrangers aux élections locales. Plus qu’un contrepied à certains de ses amis, un « marqueur » pour la prochaine campagne municipale.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.