Le BHNS fait son Zénith

Depuis plusieurs mois, le tracé du futur BHNS (bus à haut niveau de service) enflamme l’actualité toulousaine, et tout particulièrement son passage programmé dans le quartier Lardenne. Plusieurs tentatives de concertation entre mairie, riverains et commerçants avaient déjà été annulées suite à de vives tensions. Autant donc dire que la réunion publique qu’a tenue Pierre Cohen le 20 mars dernier au Zénith était clairement attendue : « Tout le monde n’a pas bien compris les enjeux ; il y a nécessité à comprendre comment notre ville évolue » a d’ailleurs introduit le maire devant une assemblée agitée, et sous tension. Une habitante a d’ailleurs interpellé la tribune en clamant : « Nous ne sommes pas là pour parler de l’agglo, mais de notre quartier. » Car il est bien là le fond du différend entre élus et population. Le Capitole défend un projet qu’il juge utile dans l’intérêt de la communauté urbaine (irrigation de Tournefeuille et Plaisance du Touch), tandis que les riverains craignent la « destruction du quartier. » Ils demandent même « un référendum local. C’est ça la démocratie Mr le maire. » Aux côtés de Pierre Cohen, son adjoint Joël Carreiras (par ailleurs président de la Smat, société de la mobilité de l’agglomération toulousaine) a répondu clairement aux attaques : « Arrêtons la démagogie et essayons de garder notre calme. Ne rien faire serait irresponsable ! » René Bouscatel, le président du Stade Toulousain et élu de l’opposition, était lui-aussi dans les travées : « Ce soir je n’ai pas encore de réponses à mes questions. Je vais sortir d’ici sans rien savoir de plus… » Pierre Cohen l’a cependant affirmé, il ira « jusqu’au bout ». Nous sommes donc passés d’un dialogue qui avait tourné au vinaigre, pour passer à un dialogue de sourds. Ce Zénith n’aura été qu’un épisode du feuilleton. La preuve, dans la nuit de dimanche à lundi, la mairie a fait enlever des banderoles de protestation. A suivre, donc.

Thomas Simonian



UN COMMENTAIRE SUR Le BHNS fait son Zénith

  1. Patrick AUBIN dit :

    C’est un projet qui est porté par les politiques, il ne répond pas au vrai besoin de la population. Il n’est pas adapté, ni au présent, ni au futur.

    Si les politiques veulent passer en force, cela dégénérera et nous assisterons, comme pour Chypre à des révoltes de citoyen. Il faut remettre les choses à leur place : les politiques ne sont que les représentants des citoyens, c’est le peuple qui a le pouvoir. La dictature de la majorité n’est pas la démocratie. La déclaration des droits de l’homme et du citoyen est là pour rappeler le droit supérieur qui s’impose à tous : les politiques en ont trop pris à leurs aises et leur interventionnisme s’oppose aujourd’hui aux droits naturels et imprescriptibles !!! La liberté et la propriété sont menacées par leurs actions qui deviennent illégales ! Voilà pour le cadre.

    Le BHNS n’est pas d’intérêt général, c’est l’intérêt de certains (environ aujourd’hui à peine 2 800 voyageurs/jours) en face de l’intérêt de tous les autres (automobilistes, habitants…). On nous dit qu’il faut voir à 10 ans… mais regardez le Maire de Tournefeuille : pour implanter ce BHNS, il va falloir casser tout ce qui a été fait dans son entrée de ville il y a 10 ans en arrière !!! Et ce qui est prévu n’est pas fait pour arranger la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.