Le Bac dans les starting blocks !

Le mois de juin est là avec ses réjouissances, les premiers jours d’été et la fin d’une année. Mais pour beaucoup, il sonne aussi le glas de la tranquillité. Car dans quelques jours ce sont près de 9000 jeunes Toulousains qui vont plancher sur la première épreuve du baccalauréat. Aujourd’hui l’heure est donc à la préparation de dernière minute. Objectif ? Arriver en forme et serein.

Passeport incontournable de tout étudiant qui se respecte, le baccalauréat, est un peu le baptême du feu de l’enseignement secondaire. Himalaya un peu lointain du lycéen de seconde, il devient rapidement la préoccupation numéro un des jeunes mais aussi des parents. Marie, 47 ans témoigne : «Nos fils Valentin et Romain sont en terminale S et préparent le Bac. En ce moment ce n’est pas très gai à la maison, leur père contrôle tous les soirs l’avancement des révisions. De leur côté, la pression n’a pas l’air de monter, ils n’ont pas excellé pendant l’année et il est trop tard pour tout reprendre, alors on espère qu’ils tomberont sur des sujets qu’ils maîtrisent». Le cas de Marie n’est pas isolé, car si le Bac est une épreuve pour ceux qui le passent, les parents ont bien souvent l’impression que c’est aussi leur examen ! Céline Cazalieres, 27 ans, se souvient : «Pour moi, le Bac c’était quelque chose d’insurmontable, surtout parce que je l’avais déjà raté une fois. Ma mère était encore plus paniquée que moi, elle vérifiait tout ce que je mangeais et chronométrait mes heures de sommeil. Le jour des résultats, elle m’a interdit d’aller voir la feuille de rattrapage, j’ai dû aller consulter directement la liste des admis !» Aujourd’hui maman à son tour, elle réalise qu’elle a abandonné trop vite la première année : «En m’accrochant et en gardant confiance j’aurais sans doute pu y arriver… J’espère apporter tout le soutien nécessaire à mes enfants lorsqu’ils traverseront cette épreuve, il faudra travailler mais je serai là pour eux !» Sonia Ouali, psychologue pour enfants et adolescents insiste sur le rôle des parents lors des examens : «Ils ont une place cruciale toute l’année mais particulièrement au dernier moment : il faut rassurer le jeune sur ses capacités à réussir, montrer bien sûr que l’examen est important mais que ce n’est pas non plus irréversible, cela reste une évaluation.»

L’angoisse d’échouer

Si a priori les filles paraissent plus organisées dans leurs révisions et font par exemple plus de fiches que les garçons, ce sont pourtant ces derniers qui semblent ressentir le plus de stress, comme l’explique Sonia Ouali : «J’accompagne des lycéens qui traversent la période du Bac avec certaines difficultés. Ce n’est pas récurent mais quelques jeunes, des garçons pour la plupart, ont une peur bleue de l’échec, souvent générée par l’angoisse de baisser dans l’estime des parents, de ne pas combler leurs attentes…» Pour d’autres, la peur du Bac révèle tout simplement une angoisse du passage aux études et d’une orientation choisie par défaut et parfois incertaine. Quelques exercices de respiration feront le plus grand bien aux futurs bacheliers. A faire à n’importe quel moment, à la maison, avant l’épreuve voire pendant l’examen si nécessaire, l’idée étant de se concentrer sur de longues et régulières inspirations et expirations pendant quelques minutes. «Des séances de sophrologie programmées avant le début des épreuves peuvent aussi être bénéfiques», termine-t-elle.

Un esprit sain dans un corps sain

À l’approche des examens, la préparation «physique» est essentielle, il faut privilégier une bonne hygiène de vie. «Il est important d’avoir une alimentation saine et équilibrée : fruits, légumes frais, viande, féculents en quantité raisonnable, en évitant le grignotage et la nourriture trop sucrée ou trop grasse. Il faut bien boire et surtout faire des pauses toutes les heures, environ 10 minutes pour s’aérer le cerveau», explique le docteur Isabelle Darnet-Bataille. «La nuit, il faut dormir et pour cela supprimer les boissons excitantes à partir de 16 heures, se coucher tôt pour être en forme le matin, où le petit déjeuner est indispensable.» Les sportifs peuvent continuer une activité physique, à condition d’éviter le sport en fin de journée, car il augmente la température centrale du corps et devient une entrave au sommeil. «Surtout éviter de tomber dans le piège des médicaments aux propriétés douteuses dont on vente les louanges dès l’approche des examens : les somnifères et hypnotiques ont parfois l’effet inverse. Quant aux amphétamines type Guronsan et autres substituts vitaminés, ils provoquent une excitation cérébrale qui peut jouer des tours lors d’un examen. Si nécessaire l’homéopathie fera l’affaire contre l’anxiété et pour favoriser le sommeil, sans effet indésirable.» Le jour J, apporter avec soi une petite collation type fruits secs, barres de céréales et autres amandes à grignoter, comme avant une course de fond. Eviter les sucres rapides, types bonbons et chocolats qui favorisent l’excitation du pancréas puis l’hypoglycémie. «En somme pour réussir son Bac, il faut surtout rester équilibré et simple !» termine le docteur Darnet-Bataille.

Aurélie Renne

 

Alice Buret

Trois questions à… Alice Buret, professeur de sciences économiques et sociales au lycée Ozenne.

Comment aborder les révisions des derniers jours ?

Il est utile de relire ses fiches bien sûr et surtout faire des «révisions détentes» : regarder des émissions, comme «Le dessous des cartes» pour la géographie, ou lire Le Monde prépare le Bac pour la philo. Canalsat propose depuis mi-mai une chaîne de préparation au Bac pour réviser 24 heures sur 24. Pour le Bac, il faut faire travailler la mémoire à long terme -si on a travaillé régulièrement ça devrait marcher- car il y a peu de chance que les sujets tombent sur des thèmes revus à court terme… Donc se préserver en évitant de découvrir trop de choses différentes les derniers jours, cela favorise surtout les confusions.

La veille comment rester zen ?

Le travail de groupe peut permettre de boucler certains thèmes tout en s’amusant : surtout pour les oraux, ne pas hésiter à se filmer pour se critiquer et s’auto évaluer. Il faut aussi penser à se détendre, l’idéal est donc de faire un peu de sport, pour évacuer le stress, un bon repas en famille, un bon film ou un bon livre :)pour se détendre, et au lit ! Enfin surtout pas de révisions internet avant de dormir.

Juste avant les épreuves, on bachote ou pas ?

Pour celles et ceux qui ont besoin de se rassurer, ne relire que quelques dates ou réécrire les noms d’auteurs difficiles à orthographier par exemple. Et on respire ! Les parents sont souvent les plus stressés, il est important qu’ils respectent leurs enfants et n’empiètent pas sur leur stress en étant le plus détendu possible avant les preuves.



UN COMMENTAIRE SUR Le Bac dans les starting blocks !

  1. PES dit :

    Alice on t’aime !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.