L’A350, premier envol à Toulouse-Blagnac

Vendredi 14 juin, à 10:00, le tout nouveau modèle d’Airbus a pris son envol depuis le tarmac de l’aéroport Toulouse-Blagnac. Un premier vol d’une durée quatre heures, réalisé sans encombre, qui assure un lancement réussi à ce bijou de technologie et d’innovation.

Le temps du décollage du dernier né d’Airbus, le 350 XWB, l’aéroport Toulouse-Blagnac concentrait l’attention du monde entier, spécialistes, comme passionnés mais aussi de tout un chacun car il s’agissait bien là d’un événement majeur, ce premier vol ouvrant une nouvelle page dans l’histoire de l’aéronautique. L’A350 XWB est le premier grand bimoteur long-courrier commercial du monde à proposer autant d’efficacité, de performances énergétiques. L’appareil affiche en effet une consommation de carburant réduite de 25%, une réduction aussi des émissions de CO2. Le modèle est modulaire et propose une gamme composée de trois versions et une capacité d’accueil passagers allant de 270 à 350 sièges. Après un vol de quatre heures et cinq minutes, le dernier sorti des usines toulousaines s’est posé sans encombre et poursuivra donc son protocole d’essais impliquant cinq A350 et environ 2 500 heures de vol. « L’A350 XWB, qui a volé aujourd’hui, intégrant les dernières technologies disponibles, entre maintenant dans la phase finale de son développement. Et il est prêt. Prêt à se diriger vers la certification et l’entrée en service au second semestre de l’année prochaine » a déclaré Fabrice Brégier, président d’Airbus, après avoir chaleureusement remercié toutes les équipes qui ont participé au projet. L’euphorie se poursuit au salon du Bourget, haut lieu de l’aéronautique et de l’espace, où Airbus se mesure dans le ciel parisien avec son concurrent Boeing. A l’heure où nous bouclons notre édition, l’A350 a enregistré 613 commandes fermes.

 

Marie-Agnes Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.