La Vraie Vérité… ; Téléthon, où est la vérité…

Voilà quelques jours et avec stratégie Pierre Bergé accusait le Téléthon de capter toute la générosité des Français et d’avoir une gestion pour le moins surprenante. L’homme allait même jusqu’à mettre en avant des investissements im- mobiliers réalisés avec les dons des Français…

 
«Il faut être bien clair, on ne fait pas de spéculation immobilière !», lui répondait, illico presto, Laurence Tiennot-Herment la présidente de l’AFM. En fait les bâtiments dont parlait Pierre Bergé concerneraient, près d’Angers, des appartements présentés comme des “lieux de répit” pour les familles des malades. Mais à y voir d’un peu plus près, on constate quelques surprises comme en 2001 avec la réalisation d’un centre de conférences à Evry. Ce lieu devait abriter des colloques entre chercheurs voire des journées de rencontres avec les malades. Mais aussi et heureusement d’être loué à des entités publiques ou des entreprises privées pour que ces dernières puissent y présenter leurs événementiels et surtout assurer la rentabilité de l’investissement. Sauf que ce centre, exploité et géré par l’AMF, affiche des pertes considérables. Certains spécialistes parlent de près de 2 millions d’euros de pertes sur ces quatre dernières années. Est-ce vraiment le rôle d’une association de construire un tel centre, alors que l’on sait déjà que les collectivités, qui l’ont fait, ont un mal fou à les rentabiliser ?

Seulement 50 % des sommes seraient reversées ?

Et voilà que certains proches du dossier rappellent que les frais de gestion du Téléthon coûtent plus cher que la collecte du Sidaction associé à d’autres maladies orphelines ou rares. En fait tous les ans, 7 % des dons seraient consacrés au frais de gestion voire de promotion de l’association, 18 % aux frais de fonctionnement. Soit au total 25 millions d’euros qui tous les ans n’iront pas à la recherche… On évoque même les salaires hautement supérieurs que s’attribueraient quelques “médecins chercheurs” voire certains directeurs ou animateurs du fameux marathon du don ? En fait, pour être plus précis, il semblerait que seulement 50 % des dons reçus, soit 50 millions d’euros, seraient vraiment consacrés à la recherche. Est-ce vraiment normal ? Autre interrogation, l’AMF se serait engagée à réaliser un laboratoire de production de médicaments, était-ce bien son rôle et surtout le souhait des généreux donateurs ? Finalement il semblerait que les propos de Pierre Bergé ne soient pas aussi déplacés qu’on voudrait nous le faire croire. La forme était contestable mais pas plus… Surtout que de mauvaises expériences passées devraient commander nos hautes autorités de contrôle à plus de précaution, quand des sommes aussi considérables sont en jeu. Imposer même une transparence obligatoire.                              

André G. Gallego


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.