La tension monte à Colomiers

La vie n’est jamais un long fleuve tranquille à Colomiers. Habituée à des secousses politiques de plus en plus fréquentes (élection du « Vert » Patrick Jimena aux dernières élections cantonales, l’affaire « Bégué », un adjoint récemment démis de sa délégation…), cette ville vit une nouvelle actualité brûlante dans le quartier des Ramassiers. Le projet d’un dépôt de bus Tisséo y fait déjà scandale, et la colère des habitants est déjà palpable. Rachid Baali, président de l’association « Habitants et riverains du quartier Ramassiers » hausse le ton vis-à-vis des pouvoirs publics : « La mairie nous a menti par omission. Elle était au courant de ce projet depuis le départ. » A l’origine de l’affaire, un terrain cédé à la mairie par l’entreprise Teissere, pour lequel une route d’accès a été très vite envisagée, une option d’ailleurs jamais cachée aux riverains qui ont fait construire leur maison aux alentours. Cependant, l’arrivée d’un dépôt de bus aurait, elle, été bien dissimulée aux Columérins donc concernés désormais par un futur fort cadencement de passages de bus : « Tisséo peut dire merci à la mairie » souligne Rachid Baali. Patrick Jimena, conseiller général EELV du secteur, propose lui un troc très particulier aux décideurs de ce projet : « Ils n’ont qu’à échanger les clés de leurs maisons avec les riverains de la route en question, et y vivre pendant six mois. Ils changeront sans doute d’avis ! » Une attaque lancée notamment en direction de Karine Michelet, adjointe à l’urbanisme et au développement durable de la ville (pressentie pour prendre la suite du maire Bernard Sicard), mais qui est également la directrice Ressources et Moyens de la SMAT (société de la mobilité de l’agglomération toulousaine). Si cette situation n’apparaît pas juridiquement comme un conflit d’intérêts avéré, il y a selon Patrick Jimena « une vraie question d’équité qui se pose. Cela est une nouvelle fois l’illustration d’un système dans la ville. »

Même son de cloche du côté de l’élu centriste Laurent Laurier du groupe « Colomiers à cœur », qui s’étonne des agissements de la mairie sur ce dossier : « Karine Michelet aurait dû présenter ce dossier en commission urbanisme. Cela n’a pas été fait. Ils ne se rendent même plus compte qu’ils sont souvent à la limite de la légalité… » La charge est sévère, et Laurent Laurier a même présenté un vœu lors du dernier conseil municipal, allant dans ce sens, et soutenant les habitants du quartier : « Ces personnes se sont endettées pour 25 ans pour la plupart, ont fait le choix de rejoindre notre commune, et sont contrairement à ce que vous croyez convaincues de l’intérêt général. » Pour Rachid Baali le combat ne fait que commencer : « C’est clair, on ne lâchera rien. Vous voulez nous faire vivre ça tous les jours, nous allons vous faire souffrir. » Voici une affaire dont on reparlera certainement.

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.