La gauche gaulliste se prépare pour les présidentielles de 2012

A Toulouse comme ailleurs en France de nombreux Gaullistes ont entrepris de ressusciter le “Gaullisme de gauche” jadis chouchouté par de Gaulle. Objectif : donner à Nicolas Sarkozy cette dimension de “rassembleur” nécessaire à sa réélection.

 
Quand on sait qu’une élection présidentielle peut très bien se jouer à quelques dizaines de milliers de voix près, les petits mouvements politiques se mettent subitement à représenter un très grand intérêt pour les “gros partis” en manœuvre… Car l’élection présidentielle a ses grandes lois vérifiées. La première d’entre elles est de n’oublier aucun petit concours, tels celui que, en leur temps, Jean-Pierre Soissons, Bertrand Renouvin et Michel Jobert, venus de la droite, apportèrent à François Mitterrand qui savait voir en eux “le tout petit plus” qui fait la différence… En effet, si l’élection se gagne dans son propre camp au premier tour, elle se gagne au second tour dans le camp de l’adversaire quand il faut rassembler… même les miettes… toutes les miettes que l’autre a bêtement méprisées. Aujourd’hui, à un an de l’élection présidentielle, les gaullistes de gauche emmenés par Philippe Dechartre ancien ministre et Bernard Reygrobellet ont décidé de faire entendre leur petite voix.
En effet en politique, les symboles sont souvent plus forts que le poids électoral vérifié, et les gaullistes de gauche, si fantomatiques soient-ils devenus, incarnent tout de même une vraie école, un vrai courant d’idée inscrit dans l’histoire et encore un peu dans la mémoire électorale des gens.
Courant jadis important et largement représenté à l’assemblée nationale, le gaullisme de gauche a subi après tout le sort commun à d’autres “grands partis” anciennement dominants mais désormais oubliés, tels le CNI ou même les maurassiens, tous ceux-là pesant aujourd’hui à peu près le même poids réduit que nos gaullistes de gauche.

Pour l’Union Européenne

Comme ses compagnons d’oubli, le gaullisme de gauche survit toutefois sur le plan doctrinal, car il est facilement identifiable et se différencie même profondément du gaullisme de droite. Pour exemple, alors que le RPR ne s’est jamais intéressé à l’organisation interne de l’entreprise, les gaullistes de gauche tiennent farouchement à la participation des salariés au capital, comme ils tiennent à la régionalisation, l’autre raison du départ du Général de Gaulle après son ultime double référendum manqué.
Sur l’Europe, quand les gaullistes de droite ont toujours été partagés entre un souverainisme affirmé (Pasqua-Seguin) ou le faux-ralliement à la cause européenne (Chirac favorable à la Turquie), les gaullistes de gauche, sur ce plan-là très proches des socialistes, ont toujours milité fortement pour l’Union Européenne, au point d’ailleurs de placer l’un des leurs, Alain Terrenoire, à la tête du Mouvement Paneuropéen inspiré par l’action de S.A.I.R. Otto de Habsbourg-Loraine.
Ainsi, si vous êtes admirateur du Général de Gaulle mais que vous vous sentez un européen libéral à fibre sociale finalement plus proche d’un militant CFTC que d’un grand patron, rassurez-vous, vous n’êtes pas un fou écartelé dans un impossible grand écart politique… Vous n’êtes pas non plus en plein paradoxe insolvable… Non, ce mélange d’idées-là existe depuis soixante ans comme un authentique corps de doctrine : vous êtes simplement gaulliste de gauche… Ce n’est pas grave du tout… Mais il vous revient alors, à vous, et à vous seul au fond, d’incarner cette frange à gauche que Nicolas Sarkozy doit nécessairement inclure dans sa dynamique pour apparaître comme LE rassembleur qui sait convaincre et entraîner.

 

Le Club Nouveau Siècle de Toulouse

A Toulouse, ce sont Jean-Paul Escudier et Guy Franco, anciens maires adjoint de Toulouse, qui se sont collés à cette mission commandée, agissant désormais comme présidents de la délégation du Club Nouveau Siècle qui se réorganise dans les régions pour reprendre la voilure d’un vrai parti national. De cette manière, nos deux gaullistes bien connus font un paravent d’ancienne légitimité électorale au véritable opérateur de la chose, Michel-Joseph Durand, élu délégué régional et départemental.
Ancien chargé de mission auprès du Préfet de Région, Michel-Joseph Durand a été membre du Conseil économique et social de Région et n’a jamais caché sa sympathie pour les thèses syndicales de la CFTC, le syndicat chrétien auquel il a appartenu.
Egalement membre du Mouvement Pan-Européen et du Mouvement européen de la Haute-Garonne, et toujours en excellente relation avec les milieux israélites toulousains, naturellement atlantiste déclaré, MJ Durand présente toutes les particularités qui signalent un «gaulliste de gauche» qui a sa petite idée sur la présidentielle de 2012.
Avec les difficultés que nous connaissons avec les villepinistes, et certains membres du Nouveau Centre, encore mal détachés de la planète Bayrou, les gaullistes de gauche constituent bien, l’indispensable “aile gauche” de la majorité présidentielle. Michel-Joseph Durand tient à en finir une bonne fois avec une confusion ancienne : «On appelle souvent gaullisme social le gaullisme de gauche…» C’est idiot, cela voudrait dire que tous les autres gaullistes ne sont pas sociaux, et que nous sommes les seuls. Non, Fillon fait aussi du social comme avant lui Chaban ou Chirac… Mais nous, nous sommes, en plus, pour la fin du salariat déshumanisé que l’on connaît aujourd’hui. Nous sommes porteurs d’un projet de société différent de celui de nos amis de l’UMP que nous rejoignons toutefois sur la nécessité supérieure de poursuivre les réformes nécessaires à la place de la France dans l’Europe et dans le monde.
«Si nous parvenons à apporter un pour cent des voix à Nicolas Sarkozy, nous aurons fait son élection. C’est donc un défi passionnant» ajoute Michel-Joseph Durand qui doit bien alors se douter qu’il n’a désormais plus une seule seconde à perdre pour espérer convaincre, qu’à Toulouse et ailleurs, la gauche gaulliste pourrait à nouveau être autre chose qu’un supplément d’âme.

Jean-Paul Escudier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.