La Baladine; L’anti-conformisme à bord

Dans la pratique de son ancien métier, l’eau pouvait faire des étincelles. Christian Delmas était électricien industriel avant de devenir propriétaire de la Baladine en 1986. Le déclic, c’est son professeur de théâtre qui le provoque : «Il habitait sur une péniche ancrée au Pont des Demoiselles et quand j’y suis entré, j’ai dit : “P…, que c’est grand !”» Intérimaire à cette époque, il navigue d’une ville à l’autre en fonction des chantiers mais lui veut vivre et travailler sur l’eau. «J’ai voulu faire du transport de marchandises» confie-t-il, «mais les mariniers m’ont dit “Il n’y a plus de boulot. On nous emmerde. On nous empêche de travailler. Il vaut mieux partir sur les bateaux à passagers. ça, l’administration essaie de le soutenir encore”». Après moult péripéties qu’il adore raconter, les écluses lui ouvrent enfin leurs portes. Christian Delmas devient capitaine et crée sa société en 1997. Aujourd’hui Baladine 1 s’apprête à avoir une petite sœur : Baladine 2. Mais les deux embarcations ne sont pas jumelles pour autant. «Ce n’est pas la même gamme de bateaux», explique C. Delmas, «Baladine 1 est davantage conçu pour travailler l’hiver alors que Baladine 2 est plus un bateau promenades avec un seul pont extérieur».

 
Celui qui mêle Jacques Brel à l’histoire de Toulouse, démontre qu’en termes de commentaires, l’anti-conformisme et la liberté de ton règnent en maîtres à bord. «L’histoire pour l’histoire n’a aucun intérêt. Je ne la vois pas comme une cathédrale. Telle qu’elle nous était enseignée à l’école, elle m’ennuyait pour être clair ! Mais si on la ramène à du contemporain, elle permet de voir le cheminement de l’homme et de se rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir pour aller vers encore plus d’humanité, de plaisir de vivre ensemble et de respect mutuel. C’est pour moi la base de la vie humaine». L’humour cabaret, parfois faussement machiste et pince-sans-rire est là aussi pour égayer la dure réalité d’une époque : «Au cours d nos promenades, on explique par exemple que les entailles sur des piles de pont sont dues au halage, que ceux qui avaient de l’argent faisaient faire par des chevaux. Car quand il n’y en avait pas, c’était la femme qui tirait le bateau. Et dire qu’aujourd’hui il y en a qui râlent alors qu’elles ont l’eau courante, la machine à laver et le micro-ondes !»
Plus toutes ces petites histoires qui selon C. Delmas n’ont pas trouvé d’éditeur : «Prenez le bateau-restaurant “La Belle Chaurienne”. J’ai vu détruire l’ancien bateau en bois sur lequel était le premier restaurant ! Ce n’est pas écrit dans les bouquins mais c’est un fait historique !»
De toutes les croisières que La Baladine organise (voir le site internet), celle que C. Delmas préfère, montre le contraste entre la Garonne et le Canal de Brienne : «Tout d’un coup, on sort de l’écluse et on arrive sur un très large domaine. Visuellement c’est époustouflant, exceptionnel». Mais celle qu’il propose le plus souvent longe les berges. La meilleure saison ? «En mars-avril, quand les feuilles des platanes ne sont pas là. On a une vision réelle de toute l’architecture des bords du fleuve».
Le tourisme fluvial, comme les Taxis touristiques : un bon moyen de découvrir une ville en grand avant d’affiner ses connaissances lors d’une visite guidée en son centre. Un mode d’emploi idéal inspiré par une cliente et que C. Delmas livre volontiers : «Quand vous faites une promenade en bateau, vous êtes sûr de voir tout ce qui est important depuis le fleuve. Puis vous revenez sur la terre ferme pour voir les monuments qui vous ont intéressés. Depuis la Garonne, vous voyez aussi bien le clocher des Jacobins, que la Dalbade, que le clocheton de l’Hôtel d’Assezat, le Dôme de la Grave… (Pause) Celui-là, celui qui ne le voit pas, c’est qu’il est myope…» Vous êtes bien sur la Baladine. Bienvenue à bord !

Claire Manaud

Tel : 05 61 80 22 26
www.bateaux-toulousains.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.