Kader Arif rend hommage à Jean Jaurès

C’est une tradition pour la fédération départementale du Parti Socialiste… Chaque année, elle rend hommage à Jean Jaurès. Cette fois-ci, le 30 juillet dernier, c’est devant la maison de la figure historique de la gauche française située place Salengro, que les militants socialistes s’étaient donné rendez-vous. C’est le ministre toulousain (des anciens combattants) et ancien leader du PS haut-garonnais qui s’est chargé du discours : « Je ne peux cacher mon émotion à la veille du 98ème anniversaire de la mort de Jean Jaurès. Les valeurs qu’il défendait font la fierté des Français. Il est encore aujourd’hui une force structurante de la pensée de la gauche moderne.»  Cette émotion est aussi liée aux origines castraises de Jaurès, un point commun « fort » entre les deux hommes (Kader Arif ayant vécu une partie de son enfance dans la cité tarnaise et ayant été le talonneur du Castres Olympique) : « C’était le fils d’une terre de révoltes. » Ce moment partagé avec les socialistes toulousains (Pierre Izard, Pierre Cohen, François Briançon et Sébastien Denard notamment étaient également présents) fut également l’occasion pour le ministre de faire le lien entre l’histoire de la gauche française et l’action du gouvernement Ayrault. Car pour Kader Ari,f c’est aussi parce que Jaurès a su faire partager une espérance «  que François Hollande a décidé de placer la jeunesse au cœur de sa campagne et de son action. Le changement c’est donc bien pour maintenant. Nous le devons à la France, nous le devons à nos enfants. Ce rêve doit être partagé par les plus jeunes d’entre nous. » Alors oui, bientôt 100 ans que Jean Jaurès n’est plus, mais bientôt 100 ans que son nom résonne dans l’histoire de la politique de notre pays : « Bientôt un siècle que chacune de ses lignes pourraient s’inscrire dans la vie quotidienne des Français. » Jaurès le penseur, Jaurès le député, Jaurès le fondateur de « L’Humanité », Jaurès le défenseur des causes perdues … Un point de repère à l’heure « où la montée du populisme menace la république. »

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.