Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Le 25 novembre prochain est marqué par la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. L’occasion de rappeler qu’en France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Dans l’agglomération toulousaine plusieurs événements et rencontres sont organisés.

 

Selon les données de la Banque mondiale publiées par l’ONU, « Le viol et la violence conjugale représentent un risque plus grand pour une femme âgée de 15 à 44 ans, que le cancer, les accidents de la route, la guerre et de paludisme réunis » et « On estime que, dans le monde entier, une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie. » Des chiffres et des constats alarmants qui n’épargnent aucune partie de la planète. En France, entre 2010 et 2011, 200 000 femmes entre 18 et 75 ans ont été victimes de violences sexuelles hors ménage et près de 600 000, de violences au sein même de leur ménage. Initiée en 1960, suite à l’assassinat en République Dominicaine des sœurs Mirabal qui militaient pour leur Droits, cette journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est l’occasion de nombreuses mobilisations.

 

 

« 7 jours pour agir et libérer la parole »

 

Dans un communiqué de presse, l’association « Femmes au Centre » par la voie de son référent en Haute-Garonne Frédéric Lacaze « exhorte tous les gouvernements de tenir l’engagement qu’ils ont pris de faire cesser toutes les formes de violence contre les femmes et les filles dans toutes les régions du monde. » et rappelle que : « La prévention commence dès l’enfance d’autant plus que les enfants vivant dans un couple où il y a de la violence développent un système d’angoisse et peuvent reproduire les mêmes schémas à l’âge adulte. » Le Club Soroptimist Toulouse Ariane s’associe à l’action nationale (70 villes concernées) pour diffuser en même temps, le 25 novembre, le film de Haïfa Al-Mansour « Wadjda » primé à Venise en 2012 (voir affiche) à Castelginest. D’autre part, une grande campagne de communication est lancée par le Ministère du Droit des femmes ces jours-ci, « 7 jours pour agir et libérer la parole ».

 

 

Le chiffre

3919

C’est le numéro d’écoute pour les victimes de violence accessible du lundi au samedi, de 8h à 22h, (prix d’une communication locale). Ce numéro est un service de la Fédération nationale solidarité femmes, les appels sont orientés vers des personnes formées et expérimentées d’associations d’aide et soutien aux victimes.

 

Marie-Agnès Espa

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.