[J'écris à] Jutta Dumas écrit à Christophe Cuvillier

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

De la part de : Jutta Dumas

Présidente du collectif « Non à Val Tolosa-Portes de Gascogne », elle lutte contre la construction du futur centre commercial qui doit être érigé à Plaisance-du-Touch.

“Monsieur le PDG d’Unibail-Rodamco,

Vous avez présenté récemment à vos actionnaires un résultat tout simplement exceptionnel. Un portefeuille d’actifs d’une valeur de 34,6 milliards d’€, des projets pour 8 milliards d’€ dans les 5 ans dont 80% de centres commerciaux, et tout ça avec seulement 2085 collaborateurs.

Je compare: la valeur de votre portefeuille correspond au 1/4 du budget de l’UE (28 pays). Impressionnant. La crise n’est pas pour tout le monde.

J’en viens à notre sujet, l’opposition à la construction du méga centre commercial à Plaisance-du-Touch, qui serait le plus grand de l’agglomération toulousaine avec plus de 100.000 m² construits, 150 boutiques, un hyper de 12.000 m², une dizaine de restaurants, 4200 places de parking. Pour mémoire,  nous avons déjà:

Ÿ * 8 pôles commerciaux majeurs en périphérie, qui ont tous augmenté leurs surfaces depuis le lancement de votre  projet en 2003, tous disposent de m² vides, victimes de loyers exorbitants. La tendance est à la baisse, du chiffre d’affaire comme de la fréquentation, ici comme ailleurs.

Ÿ  * 1 centre-ville de la métropole qui continue à attirer clients et enseignes tout en gardant une diversité d’offre exceptionnelle,  avec  65 % de commerces indépendants. C’est dans ce vivier que le commerce de  demain trouvera sa vitalité.

Alors pourquoi, pour qui un méga centre commercial supplémentaire?

Ce projet que vous voulez « structurant  pour la région Midi-Pyrénées » est un réel danger  pour de vastes zones rurales et périurbaines de notre région. Le maintien et le développement d’une vie sociale dans les villes moyennes dépendent aussi de la présence d’un commerce de proximité varié et de qualité. Nos campagnes sont belles. Les maires, la Région et les Départements investissent de l’argent public pour soutenir les initiatives. Ils  considèrent le projet de Val Tolosa comme une menace. En 2009, 115 communes sur 117, représentant env. 900.000 habitants ont voté contre ce projet. Vous devriez l’entendre.

Vos mirages d’emplois créés ont fait long feu : un emploi précaire ou à temps partiel créé dans un nouveau centre commercial en détruira inévitablement un autre dans un  centre plus ancien, de plus  3 à 5 emplois stables et à temps complet seront également détruits dans les commerces de proximité. Que de difficultés à prévoir pour de nombreuses familles et collectivités! Vous appelez cela un projet vertueux?

Monsieur le PDG d’Unibail-Rodamco, votre projet ne correspond en rien aux défis écologiques. Il détruit un précieux espace naturel si rare à proximité d’un grand centre urbain. Les urbanistes nous expliquent qu’il faut densifier nos villes, abandonner le rêve du pavillon avec jardin et accepter les  immeubles même à la campagne, mais vos architectes étalent dans une profusion insolente les m² de plein pied, parking compris. Les accès se font par transport routier exclusivement, entrainant une surcharge  de 20.000 voitures/jour dans une zone déjà largement saturée. Une pure hérésie.

Comment sortir de cette impasse?

Anticipons avril 2016, lors de votre présentation des résultats à l’Assemblée Générale: « Chers actionnaires, nous avons décidé d’abandonner le projet Val Tolosa. L’inutilité du projet est évidente, une grande partie de la population et des élus est hostile et opposée à notre venue. En chiffres, ceci correspond à une diminution de 3,5% de la valeur de  nos projets à 5 ans et de 0,75% de la valeur de notre portefeuille. Le dividende ne sera pas impacté. Je vous remercie pour votre compréhension.»”

 

Jutta Dumas

©DR
©DR

 

 

Destinataire de la lettre : Christophe Cuvillier

Il est nommé directeur général opérations d’Unibail-Rodamco en juin 2011, fonction qu’il occupera jusqu’en avril 2013 avant d’être nommé président du directoire et directeur général.



UN COMMENTAIRE SUR [J'écris à] Jutta Dumas écrit à Christophe Cuvillier

  1. NECAND dit :

    Bonjour Madame Dumas

    En tant que coordinateur du Collectif National de Contrôle des Centres de Marques qui contre la prolifération en France de ce type de distribution dont la publicité est mensongère et qui est à l’origine de la destructions des commerces de centres villes je souhaite pouvoir rentrer en contact avec vous afin de voir si nous pouvons vous aider dans votre combat.
    Basé à Paris j’ai appris l’existence de ce projet hier lors de mon passage aux Assises du l’organisme Commerce en Mouvement qui se tenait à nîmes.
    N’hésitez pas à me contacter par mail necamarc@yahoo.fr
    Cordialement
    Marc NECAND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.