Jean-Pierre Havrin répond! L’adjoint au maire de Toulouse en charge de la sécurité est comme le plus souvent… Sans «langue de bois».

Certains contestent la complémentarité entre la Police nationale et municipale…

Au contraire, tout le monde se félicite de la synergie actuelle. Tout le monde y trouve ses avantages, et les directions des deux côtés sont en constante collaboration.

Ce n’est pas forcément le discours des syndicats de police ?

Si la Police nationale a pour objectif de transformer notre Police municipale en «poubelle» de ce qu’elle ne veut plus faire, il n’en est pas question. L’Etat ne peut pas se décharger sur nous. Ceci étant dit, je comprends aussi leur problématique de manque de moyens, mais Sarkozy a supprimé 11 000 fonctionnaires, et ça, ce n’est pas de notre faute. Manuel Valls a d’ailleurs pris la mesure de l’enjeu en annonçant 500 postes de plus par an.

La Police municipale n’est pas présente dans certains quartiers. Pour quelles raisons ?

J’assume car il y a en effet certains quartiers où nous n’allons pas, mais parce que nous ne pouvons pas y aller ! Tant que la Police nationale n’aura pas repris la main dans ces endroits, il n’est pas question pour nous de prendre des risques. Cela illustre d’ailleurs bien que depuis des années, nous avons abandonné des territoires. Au Mirail par exemple, certains vous parleront avec nostalgie de la police de proximité…

Pourquoi Toulouse n’est-elle pas pour le moment classée en Zone de sécurité prioritaire ?

Tout simplement parce que nous ne sommes pas dans les 15 premiers en termes de délinquance. Mais cela ne nous exonère pas de réfléchir à une nouvelle manière d’appréhender le rôle de chacun sur le terrain. De recréer le lien avec les populations les plus difficiles. Il faut tout essayer.

Propos recueillis par Thomas Simonian

 



UN COMMENTAIRE SUR Jean-Pierre Havrin répond! L’adjoint au maire de Toulouse en charge de la sécurité est comme le plus souvent… Sans «langue de bois».

  1. gzgg dit :

    Lorsqu’on prétend lutter contre la délinquance, il est contradictoire de procéder à des agressions physiques de sang froid, et ensuite d’éviter les procès en usant de ses influentes relations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.