J’ai les boules…

Je suis de cette France silencieuse qui à longueur d’année chaque matin, sans rechigner, part au turbin ; écoute à la lettre les recommandations et conseils de nos gouvernants de droite comme de gauche, quand ils prennent les rênes du pouvoir.
 

Bien sûr je ne suis pas un “béni oui-oui”, enfin, je ne me l’avoue pas souvent. Sauf parfois par mauvais temps et quand je suis devant ma glace à faire glisser la lame sur une barbe qui n’a pas plus envie que moi de s’effacer devant le quotidien.  
Même dans ma voiture, je n’ai plus envie de me sentir libre de mes mouvements. Sauf parfois quand l’envie me prend d’écouter à fond, je ne les apprécie que comme ça, les ritournelles qui baladent ma vie depuis toujours.
Et c’est justement ma voiture qui après des années de bons et loyaux services et à peine 2 ou 3 contraventions, 2 ou 3 accrochages minimes commence aujourd’hui à réveiller mon amertume d’un quotidien où nous les sans grades, semblons destinés à être corvéables à merci…
C’est ainsi que je viens de me faire alpaguer, vers 2h du mat’, par un radar “planqué sur la rocade nord”, à 101km/h, juste après le péage. Cette faute d’inattention au sortir de l’autoroute va me coûter quelques euros et surtout quelques points, sur mon permis. Ma conduite n’était en rien dangereuse à cette heure-là, mais j’ai fait plaisir à l’Etat en participant à lui faire gagner de l’argent facile et sans aucune contre-partie.

 

Avec le caractère bien latin qui me caractérise, j’ai bien entendu fait part, à mes potes, de ma mésaventure et de cette injustice qui fait que sur une rocade, on se fasse “alpaguer” à peine dépassés les 90km/h. Mais qu’a contrario, dans ma rue l’on puisse faire la course à tout moment de la journée en voiture, en moto voire en quad et ceci en toute impunité.
Mais pour mes fameux potes je suis le seul et unique responsable de ma mésaventure. Car j’ai omis d’équiper mon véhicule du dernier cri des détecteurs de radars qui permet de rouler à très vive allure et de lever le pied quand «ta machine et celle de l’Etat se sont faits un signe de reconnaissance»… 

 

Encore une fois, une France à deux vitesses et comme je n’ai pas les 1 000 euros pour acheter la fameuse machine qui parle et conseille bien, me voilà condamné, comme au quotidien, mais dans d’autres domaines, à me traîner en bas dans la fosse aux lions, où tous les coups sont permis.
Mais curieux de nature et de profession, j’ai poussé mes investigations un peu plus loin, pour constater au final que les fameux radars, s’ils avaient probablement sauvé des vies sur les autoroutes, n’en étaient pas moins une belle pompe à fric pour un Etat par ailleurs fort dépensier.
Ainsi, depuis leurs installations, les radars automatiques ont rapporté :
- En 2004, pour 257 radars installés, 106 millions d’euros et 465 vies prétendument épargnées
- En 2005, pour 870 radars installés, 205 millions d’euros et 275 vies prétendument épargnées
- En 2006, pour 1000 radars installés, 349 millions d’euros et 609 vies prétendument épargnées
Sans être le roi du calcul mental, je pense que le rapport recette de l’Etat/sécurité routière n’est pas totalement justifié si l’on s’en tient justement aux statistiques gouvernementales ! Un gouvernement qui a bien compris l’intérêt de ces machines puisque le projet de loi de finances 2007 prévoyait de réaffecter 157 millions d’euros sur le compte spécial “radars”.
Et voilà que l’on veut nous imposer 2 blousons fluorescents par véhicules, au cas où l’on tomberait en panne sur l’autoroute. Car une récente statistique démontrerait, que dans cette situation, une personne qui marcherait le long des coursives n’aurait aucune chance de survie après 20mn de présence… Sauf qu’aujourd’hui aucune statistique ne le démontre.
Par contre rien pour interdire les GPS qui, bien souvent, au lieu de vous guider, vous distraient à longueur de temps. Toujours rien sur la cigarette au volant, car ça rapporte encore plus qu’avant, malgré la contrebande qui se développe ici et là… Rien sur le téléphone portable, pourvu que vous ayez une oreillette, même si elle ne fait pas la recherche et ne compose toujours pas les numéros. Sans oublier que les voitures haut de gamme sont équipées de tout et en toute impunité, business oblige.

 

En fait, comme toujours il y a ceux qui ont les moyens ou la combine pour s’équiper et nous qui composons la France moyenne, celle qui baisse la tête et paye…
Mais pour combien de temps encore ?

André-Gérôme GALLEGO
andreg@aol.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.