Inventivité politique

Les galettes des rois à peine découpées et avalées, les vœux à peine reçus et leurs remerciements pas encore arrivés, l’actualité n’a pratiquement pas pu observer la trêve des confiseurs, le climat étant marqué par la commémoration du quinzième anniversaire de la disparition de François Mitterrand, le risque d’embrasement au Maghreb, l’assassinat de deux jeunes Français dans un restaurant de Niamey au Niger, l’affaire d’espionnage industriel qui frappe Renault et qui met en cause une filière organisée.

 
«J’ai envie de succéder à François Mitterrand». C’est l’appel de Tarnac de Ségolène Royal, pratique militante d’un anniversaire conduisant journalistes, chroniqueurs et commentateurs à interviewer Mazarine Pingeot et sa mère plus que les enfants légitimes de François Mitterrand, à trouver que «la France est envahie par la nostalgie Mitterrand», à transformer tous les “pontes” du PS, empêtrés dans une logique bataille “d’égo”, en mitterrandistes (74 % des Fran- çais gardent un bon souvenir des septennats Mitterrand ; surtout les jeunes), à accompagner la mythification de l’histoire avec un Pierre Joxe déclarant «ce fut l’aboutissement d’une longue marche» ou un Bertrand Delanoë basculant dans une forme de géo-poétique et soulignant : «Mitterrand qui avait surtout le sens de l’Histoire, regardait la France par son miroir».
Au même moment, la majorité et son Premier ministre François Fillon commémoraient le premier anniversaire de la disparition de Philippe Seguin.
Le risque d’embrasement au Maghreb : Algérie et Tunisie connaissent des émeutes violentes où les morts commencent à se compter. Menées contre la vie chère et contre l’absence d’avenir, elles révèlent le drame de la jeunesse dans ces pays où l’absence de vraie démocratie connaît avec cette crise économique et existentielle une résonance qui pourrait être contagieuse en France et en Europe : la fin de l’espoir fait le lit des totalitarismes !
L’assassinat de deux jeunes Français : immédiatement Al-Qaida au Maghreb islamique qui opère aux confins du Niger a été désigné comme l’auteur de ces deux morts. Avec d’autres morts, enlèvements et attentats contre les ambassades depuis décembre 2007, la France est décidément au cœur de cette nouvelle offensive.
L’affaire d’espionnage industriel : pour le directeur général délégué de Renault, «des éléments sur les coûts et l’architecture de la voiture électrique ont pu fuiter». Il semble que les “choses” se soient arrêtées à temps. Il n’empêche, l’espionnage industriel et la guerre économique sont bien présents. Il serait question d’une piste chinoise, les entreprises de ce pays disposant de gros budgets de recherche et de développement dont une partie est utilisée pour faire du renseignement.
Autant d’éléments diversifiés de l’actualité semblant donner raison à Edgar Morin qui écrit : «La marche vers les désastres va s’accentuer dans la décennie qui vient. À l’aveuglement de l’homo sapiens, dont la rationalité manque de complexité, se joint l’aveuglement de l’homo demens possédé par ses fureurs et ses haines». Et de nous proposer d’appliquer à l’année 2011 le proverbe turc : «Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra» et enfin de retrouver notre inventivité politique.

Stéphane Baumont


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.