Interview décalée : Priscille Lacombe

Priscille Lacombe ancienne directrice de la rédaction de TLT et présentatrice des journaux et magazines de la chaîne locale, est désormais une chef d’entreprise heureuse. Son agence «Alter Duo» entamera en janvier prochain sa 4e année d’exercice avec un carnet de commandes de plus en plus rempli et des ambitions certaines pour 2013.

Une interview qui vous a marquée…

C’était une réflexion mal placée à l’occasion des JO de Londres. Le journaliste sportif Nelson Monfort interviewe Ophélie-Cyrielle Etienne, en lui rappelant le décès de sa maman juste après avoir remporté la médaille de bronze en 4×200 mètres. Un malaise s’est installé rapidement, c’était très gênant ! Je crois d’ailleurs que Nelson Monfort a été rappelé à l’ordre suite à cette «maladresse»…

Quel est votre dernier raté culinaire ?

Sans me vanter, ça ne m’arrive que très rarement car je cuisine plutôt bien mais comme toute maman qui se respecte, j’ai souvent plusieurs choses à faire en même temps. Il m’arrive donc d’oublier que j’ai mis quelque chose à cuire au four… ce qui donne parfois des plats…très cuits !
La série qui vous a particulièrement scotchée devant la télé ?

Braquo créée par Olivier Marchal pour Canal Plus. Pour une fois une série française à la hauteur !

«Je suis très virulente avec les garçons qui me draguent»

L’expression toute faite que vous détestez entendre…

«L’argent ne fait pas le bonheur». En cette période de crise je la trouve extrêmement déplacée.

Une remarque désobligeante qu’on vous a faite récemment ?

J’ai un Blackberry dernière génération, et le vendeur de mon opérateur m’a dit : «un appareil comme ça dans vos mains, c’est vraiment du gâchis !» C’est vrai que je suis nulle en nouvelles technologies… mais j’essaie de m’améliorer.
Vous souvenez-vous d’un (gros) mensonge d’adolescente ?

Oh oui, mais comme je ne l’ai jamais avoué, je ne vous le dirai pas : mes parents pourraient vous lire ! Mis à part ce gros mensonge que je tairai, j’étais une adolescente assez sage contrairement à ce qu’on pourrait croire !

Votre phrase fétiche pour «remballer» un dragueur un peu lourd ?

Ce n’est pas très joli à entendre….bip… Je peux être très virulente, voire vulgaire quand un garçon me drague. Je le noie de noms d’oiseaux !

 

 

Propos recueillis par Coralie Bombail



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.