Interview décalée: Camille Bouilhou

Femme du troisième ligne du Stade Toulousain Jean Bouilhou et fille de l’ancien rugbyman Philippe Dintrans, Camille est parvenue à imposer son prénom et son professionnalisme dans le monde artistique toulousain, et bien au-delà. Après avoir joué au théâtre, elle intègre, il y a quelques mois la troupe du Duo des Non et devient le troisième larron d’une aventure humoriste qui n’est pas prête de cesser.  

 

La phrase que vous ne supportez pas d’entendre ?

Celles que je n’entends pas, qui sont dites dans mon dos. Je déteste ça.

 

Un cauchemar qui a hanté vos nuits ?

Que les personnes que j’aime le plus au monde meurent. Je me réveille alors en sueur et je ressens un immense besoin de leur parler, de les voir.

 

Quel est votre plus beau souvenir d’enfance ?

Le jour où j’ai appris que j’allais avoir un petit frère ! Je l’ai attendu avec une impatience folle, pressant même ma mère le jour de l’accouchement et renvoyant mon père à la maison pour profiter d’elle une dernière nuit ! J’ai même assisté à l’accouchement, lui ai changé sa première couche ! Le début d’une immense complicité !

 

Votre plus grosse gaffe ?

Lors d’une réception après un match de mon mari, un homme me salue, et l’on commence à discuter. J’essaie de me rappeler qui est cette personne, mais impossible ! Et là, il me dit : « vous savez qui je suis ? » Et moi de répondre : « bien sûr ! » Et lui : « et je suis qui ? » Et moi : « je ne sais pas ! » Éclats de rire, gêne, léger malaise… Non mais il n’y a pas idée de demander ça, cela n’arrive jamais, sauf à moi ! D’ailleurs, s’il me lit… Je ne sais toujours pas qui c’est !

 

Votre plus grande peur ?

Lors de mon voyage de noces à Los Angeles, dans la maison hantée du grand parc d’attraction des studios Universal. Des gens étaient cachés dans le noir et m’attrapaient par le col en criant ! Pas besoin d’effets spéciaux, j’ai hurlé de terreur !

 

Votre plus belle expérience ?

Incontestablement le jour où j’ai mis ma fille au monde ! Jamais je n’ai ressenti autant de choses positives, autant d’amour, de bonheur et de joie !

 

Votre plus gros fou rire ?

Je ne sais pas de quand date mon plus gros fou rire, mais lorsque ça m’arrive, impossible de passer inaperçue. Je deviens toute rouge, j’ai des spasmes à la Philippe Bouvard, je pousse des petits cris bizarres et après je pleure !

 

Quelle est votre émission TV préférée ?

Je suis fan de « Desperate Housewives », et je suis en dépression depuis l’arrêt de la série. Reste toujours « Dexter » et « Greys anatomy » !

 

Et celle que vous détestez ?

Les trucs politiques, les débats où tout le monde parle en même temps pour souvent ne rien dire. Ça me fait mal à la tête.

 

Qu’est-ce qui vous fait rire ?

Quelqu’un qui tombe ! Ou quelqu’un qui se prend une vitrine trop propre ! C’est tellement drôle !

 

La pire soirée que vous ayez connue ?

Une fête à Maubourguet en 2005… Fin de soirée au commissariat pour porter plainte car on m’avait volé mon sac. Mais au commissariat, impossible d’enregistrer ma plainte car le compteur électrique a disjoncté deux ou trois fois. Incroyable, à croire que c’est moi qui faisais sauter les plombs.

 

Votre restaurant toulousain préféré ?

Il existe une malédiction… Tous mes restos préférés ferment ! J’adorais un petit vietnamien nommé « L’oignon vert », fermé ! J’étais fan des Taglioni du « San Daniele de l’Angelo », fermé ! J’ai découvert « Las tapas locas » qui sert dans la tradition des vrais bars espagnols, c’est top ! Alors pardon si jamais ils ferment !

 

Quel est votre animal préféré ?

Aucun. Je n’aime pas les animaux. J’en ai peur. Je rêve d’un monde aseptisé !

 

Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire ?

Être avec ma famille et mes amis. Je leur dirais que je les aime jusqu’à tellement les saouler qu’il leur tarderait qu’elle arrive cette fin du monde !

Propos recueillis par Séverine Sarrat



UN COMMENTAIRE SUR Interview décalée: Camille Bouilhou

  1. jésus dit :

    adorable..quelqu’un de bien…j’adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.