Internet; La région en b@s débit

Les Internautes sont de plus en plus nombreux dans la région et leurs pratiques évoluent. Mais la couverture en haut-débit est encore trop faible et la qualité des sites institutionnels à revoir.

 
Une adresse à trouver, une information à envoyer, un ancien ami à recontacter, un livre à acheter… Toutes ces actions du quotidien sont possibles d’un simple clic sur l’ordinateur familial, du bureau ou du cybercafé. Aujourd’hui, Internet est devenu un outil nécessaire, voire indispensable, et rares sont les Français qui parviennent à vivre sans connexion. L’Ardesi (Agence Régionale pour le Développement de la Société de l’Information) vient de publier son diagnostic annuel des foyers et collectivités en termes d’Internet sur Midi-Pyrénées. Et force est de constater que de plus en plus de personnes sont équipées dans leurs propres maisons en 2008 : «61 % des foyers disposent d’un ordinateur et 54 % d’une connexion au Web. La barre des 50 % a été franchie et il s’agit d’un pas symboliquement important», confie Jean-Paul Lareng, directeur de l’Ardesi.
Pour preuve également la mutation des usages du Web pour le particulier : la région compte 61 % d’Internautes assidus et 57 % pratiquent le e-commerce : «Les achats en ligne ont progressé de 28 % par rapport à 2007. Les gens n’ont plus peur de donner leur numéro de carte bleue et cette action est entrée dans le quotidien, au même titre que les autres utilisations d’Internet.»

« Les services ne sont pas à la hauteur »

Autre tendance à la hausse, l’utilisation de la toile par les étudiants : «93 % de ces jeunes ont un ordinateur avec connexion. C’est énormissime ! Les cadres de demain sont en plein dans le numérique et quand les étudiants entreront dans le monde du travail, ils le révolutionneront», explique Jean-Paul Lareng. Car la tendance est aux sites communautaires comme Facebook, Myspace ou You Tube, soit une utilisation participative d’Internet qui échappe encore aux différentes collectivités. «Les services doivent suivre cette évolution, or ils ne sont pas encore à la hauteur. Seulement 16,9 % des communes ont un site officiel et ceux-ci ne proposent que très peu de téléservices. Par exemple, la possibilité d’inscrire son enfant à la cantine par Internet reste très marginale.»
Et encore faut-il être couvert par l’ADSL : près de 3 % de la population ne bénéficie pas de ce service dans la région, soit au total entre 300 et 500 communes. «Il y a trop de zones blanches et trop de zones non dégroupées en Midi-Pyrénées. Il faut faire des efforts dans ce sens à l’avenir mais cela dépend aussi des politiques publiques menées par les différentes collectivités», prévient Jean-Paul Lareng. En matière de haut débit, la région accuse un retard par rapport aux chiffres nationaux (-7,5 points). Midi-Pyrénées doit donc encore se mettre à la page… Web.

Sophie Orus



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.