Immobilier; Les Toulousains ont la parole

Le second baromètre Orpi-Credoc, leader des réseaux d’agences immobilières en France vient de tomber. Les Toulousains ont été interrogés sur leurs visions et attentes du marché immobilier.
 

«L’un des secrets de notre métier est de se mettre dans la peau des clients pour anticiper leurs dé-sirs car aucun projet im-mobilier ne se ressemble», explique Bernard Cadeau, président du réseau ORPI. Grâce à ce sondage, certaines tendances se dégagent : contrairement aux au-tres grandes villes étudiées, les Toulousains ne sont que 31% (contre 46% en moyenne nationale) à prévoir une progression des prix immobiliers dans leur région d’ici fin juin 2008.
D’autre part, 43% d’entre eux affirment qu’ils habitent un logement qu’ils ne pourraient plus s’offrir aujourd’hui, un chiffre bien supérieur à celui à la moyenne. En parallèle, le taux de projet immobilier a décliné entre 2007 et 2008 : 20% des personnes interrogées déclarent avoir un projet immobilier d’ici deux ans contre 27% en janvier 2007. Autre particularité de Toulouse, seulement 22% de ses habitants se déclarent prêts à acquérir un bien si les prix venaient à baisser : le réservoir d’acheteurs, qui freinerait un éventuel mouvement de baisse des prix immobiliers, se révèle donc moins important que dans les autres villes étudiées. Enfin, 34% des Toulousains trouvent leur zone de résidence plus agréable qu’il y a 5 ans. C’est l’un des taux les plus élevés de France.
Pour Bernard Cadeau, «la vision des Toulousains est pleine de bon sens et reste en adéquation avec la réalité du marché. On pourrait penser que les gens ne sont pas lucides par rapport aux impératifs économiques. Au contraire, ils font preuve d’une grande clairvoyance.» Quant à l’évolution du marché sur la Ville rose, le spécialiste se montre prudent et avertit les vendeurs : «On se dirige vers un palier haut même si les ventes ne baissent pas. Mais les vendeurs ne doivent pas se tromper et fixer les prix en étant raisonnables sur les capacités des acheteurs. C’est la condition pour un marché fluide.»

S.O.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.