Ils devraient avoir honte

Oui, je l’affirme, ils devraient avoir honte tous ces responsables politiques et responsables des médias du sort qu’ils ont réservé aux athlètes handicapés, au cours des jeux paralympiques de Pékin. Bien qu’ils aient remporté plus de médailles et plus de médailles d’or que les valides, pas un mot, pas une félicitation et pratiquement pas de couverture des journalistes sportifs. C’est véritablement une honte, le traitement des personnes handicapées dans notre pays.

 
Prenons par exemple Roseline Bachelot, qui a brillé par ses interventions et ses chaussures roses lors des jeux de Pékin. Non seulement elle ne s’est pas dérangée, mais en plus, elle n’a eu aucun mot de remerciement ni de félicitation pour la délégation Française. On se souvient aussi qu’elle n’avait pas daigné aller aux journées mondiales contre le SIDA alors qu’elle est aussi ministre de la santé paraît-il. Bernard Laporte lui s’est un peu déplacé mais à entendre les athlètes, ils ne l’ont pas beaucoup vu.
Enfin le président de la République, pour se racheter un peu, a invité les athlètes à l’Elysée dans une réception officielle. Pour récupérer le coup, ont dit certains athlètes qui n’étaient pas dupes, celle qui portait le drapeau de la délégation ne voulant même pas y aller. Suite aux insistances de son entourage, et sur la promesse d’un entretien avec le président elle s’y est rendue. Sa déception fut grande, malgré les promesses : pas d’entretien avec le premier des Français.

 


Jacques Chirac avait décrété une année nationale des personnes handicapées, cette année a fait long feu. Au cours de cette fameuse année tout le monde s’occupait soi-disant de ce problème, chacun y allant de sa suggestion. Une loi a même été créée pour que, avant 2015, tous les lieux publics soient accessibles à ces personnes handicapées, à qui aujourd’hui, on interdit de vivre normalement. Cette loi est aux oubliettes, c’est en 2014 que les organismes se réveilleront pour dire : «qu’ils n’ont pas eu le temps», «qu’ils n’ont pas eu les moyens» etc. N’oublions pas que nous sommes à peu près les derniers en Europe pour le traitement des personnes différentes.
Les personnes en fauteuil par exemple. Nombreux sont les lieux médicaux qui ne leur permettent pas d’avoir accès normalement aux soins. J’ai même vu un centre de médecine du travail, dont les cabinets de consultations étaient au premier étage sans ascenseur. Si ce n’est pas de la discrimination, qu’est-ce que c’est ? De toute façon, le domaine du travail est aussi touché par cette indifférence. Les entreprises et l’administration devraient avoir au moins 6 % de personnel handicapé, rares sont ceux qui appliquent cette loi, ils préfèrent payer l’amende. (Sauf l’administration, qui ne respecte pas cette loi mais qui ne paye rien). Je ne vous donnerai pas ici toutes les insuffisances que l’on rencontre au quotidien quand il s’agit de donner libre accès aux personnes handicapées. La seule raison de cette chronique, c’est d’abord de leur rendre hommage, de féliciter ceux qui représentent la France dans les compétitions internationales et dont la France se fiche. Je voudrais aussi sensibiliser tous ceux qui me lisent, et leur dire à chaque fois que vous voyez une personne handicapée en difficulté pour des raisons d’inaccessibilité, aidez-la, mais aussi dénoncez ce que vous avez vu.
La droite à la mairie de Toulouse n’avait pas fait grand-chose, regardons maintenant ce que fera la gauche.

Patrick Crasnier
www.jazzpote.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.