Hôpital psychiatrique Marchant ; Nora Berra inaugure l’UHSA

Deuxième site du genre en France après l’ouverture de Lyon en 2010, un service UHSA vient d’ouvrir dans l’enceinte de l’Hôpital Marchant de Toulouse. Nora Berra, Secrétaire d’Etat à la santé, a fait le déplacement.

 
UHSA, (Unité Hospitalière Spécialement Aménagée), est une unité d’hospitalisation complète en psychiatrie à destination des personnes détenues. L’objectif de ce service hospitalier étant de leur assurer des soins équivalents à ceux de la population générale en matière de psychiatrie. Nombre de détenus, présentent des pathologies psychiatriques et jusqu’à présent seules les prises en charges en milieu pénitentiaire existaient. Les unités UHSA (celle de Toulouse est la seconde à voir le jour après Lyon) permettent une hospitalisation à temps complet, pour des patients en phase aigüe, nécessitant des soins et une surveillance médicale 24 heures sur 24. Elles ont vocation à accueillir  des malades en période aigüe ou subaigüe, se positionnant dans le champ des séjours sanitaires courts.
Dans le cadre pénitentiaire, trois niveaux de prises en charge existent. Le premier est ambulatoire : il s’agit du DSP (dispositif de soins psychiatriques) dans une unité de consultation ambulatoire, une par établissement. Le second est une prise en charge en hospitalisation de jour par les SMPR (services de psychiatrie implantés en milieu pénitentiaire) un par région. Ces deux premiers dispositifs ne servent que pour des soins librement consentis. Le troisième niveau de soins est maintenant l’UHSA de Toulouse pour le sud ouest où le consentement du malade n’est pas nécessaire.
Ces UHSA sont prévus pour accueillir les détenus, hommes ou femmes, majeurs ou mineurs. Les mineurs sont accueillis dans les UHSA dans le cadre de dispositions dérogatoires.
Le contexte de la prise en charge des détenus en psychiatrie a fait l’objet de nombreux rapports allant tous dans le même sens. Le taux de troubles psychiatriques dans la population carcérale en France est dix fois plus élevé que dans la population générale. Ce constat a amené les autorités sanitaires et de la justice à créer 440 lits en UHSA (le total nécessaire étant évalué à 705 lits) et la candidature du centre hospitalier Gérard Marchant à Toulouse a été retenue pour les régions Midi- Pyrénées et Languedoc Roussillon. La première UHSA a été inaugurée en mai 2010 au centre hospitalier Le Vinatier à Lyon.

Quelques clefs du projet toulousain

Ce projet a nécessité un investissement de 13.1 millions d’Euros, ce coût a été voté en 2008, avec un financement national. Les études ont commencé en 2009, les travaux en juillet 2010, les premiers malades entreront dans l’UHSA le 17 janvier 2012. Le projet est prévu pour 40 lits, mais dans un premier temps ce sont 20 lits qui ouvriront. Le temps nécessaire à recruter et former le personnel nécessaire, et à ajuster les fonctionnements. La seconde tranche de 20 lits ouvrira en juillet 2012. Le nombre d’emplois hospitaliers pour 40 lits est de 90 ETP (équivalents temps plein) dont 3.8 postes de médecin. Le nombre d’ETP dépendant du ministère de la justice affectés à la sécurité est de 39. Le bâtiment a une forme circulaire pour répondre aux trois niveaux de demandes du programme, à savoir : Surveillance des patients, atténuation de l’aspect carcéral des lieux de soins, production d’une image la moins traumatique possible. Trois zones composent cet UHSA, l’entrée et le contrôle, la zone pénitentiaire (bureaux, parloirs) et la zone d’hospitalisation, les 40 chambres sont individuelles.

Nora Berra politiquement seule pour cette inauguration

La secrétaire d’Etat à la santé s’est déplacée en personne pour faire cette inauguration, en présence du directeur de l’hôpital Marchant Monsieur Thieriet, du préfet, du président du tribunal d’instance, du procureur de la république, des personnels pénitentiaire et soignant. Il est à remarquer qu’aucune personnalité politique, ni de gauche, ni de droite pour accompagner la ministre dans cette inauguration. Tout se passe comme s’il ne fallait pas être pris en flagrant délit d’être aux côtés d’un ministre de l’UMP. On ne peut que regretter ces positions de principe basées sur l’opposition systématique et le refus de l’autre qui n’ont pour but que diviser les Français. Plus étonnant l’attitude des élus UMP (rares, il est vrai dans le département) : Personne des cadres de ce parti absents à cette inauguration, alors que quelques-uns attendaient la ministre au siège de la fédération rue Gabriel Péri. Ce vide politique à 100 jours des présidentielles est questionnant.
Du côté des personnels soignants, les revendications de la CGT ont aussi été nombreuses avant cette inauguration, réclamant toujours plus de moyens pour travailler et dénonçant «les moyens utilisés pour cette nouvelle unité alors que rien n’est fait pour les autres services.» Mais lorsque l’on questionne le personnel infirmier de l’hôpital, individuellement, syndiqués ou pas, tous expliquent que ce centre de soins était «nécessaire» et que son inauguration est «positive» pour l’hôpital. La seule revendication – existante depuis de nombreuses années – qui pourrait être entendue, est celle qui consiste à dénoncer le démantèlement de la médecine psychiatrique en France. Démantèlement réel depuis plus de 30 ans et qui ne permet plus de détecter et de soigner les personnes atteintes de troubles psychiatriques. Les syndicat dénoncent cet état de fait depuis longtemps et tirent la sonnette d’alarme en expliquant que si tant de malades psychiatriques sont emprisonnés, c’est qu’ils n’ont pas été pris en charge et soignés avant leur passage à l’acte délictueux. Débat que ce compte rendu ne tranchera pas mais qui mérite d’être entendu.
Le ruban coupé, Nora Berra a rappelé toute l’importance attachée par le président de la république et son gouvernement à ce projet d’UHSA. Rappelant que ces lieux de soins organisés autour des deux pôles que sont la Santé et la Justice étaient «nécessaires». «Ce ne sont pas aux soignants de garder les détenus» explique-t-elle ajoutant que ce projet a pour but de «résoudre les éventuels conflits entre les deux mondes que sont la justice et la santé mentale». Elle annonce enfin que 2012 verra la mise en service de nombreux autres UHSA pour que la France soit très vite couverte par ces centres de soins. La journée de Nora Berra s’est ensuite déroulée avec une visite au siège de l’UMP, une table ronde à l’Hôtel Dieu sur le vieillissement de la population et la santé.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.