Groupe régional «Osons Midi-Pyrénées» ; Jacques Thouroude prend la relève

Suite à la démission de Brigitte Barèges, Jacques Thouroude devient le nouveau président du groupe “Osons Midi-Pyrénées”. Du changement dans la continuité pour les élus d’opposition à la région.

 
Leur décision a été, disent-ils, «collégiale», prise «à l’unanimité, sans lutte interne, ni état d’âme». Les membres d’“Osons Midi-Pyrénées” viennent de désigner le conseiller régional du Tarn, Jacques Thouroude, par ailleurs adjoint à la ville de Castres, pour succéder à Brigitte Barèges à la présidence de leur groupe. Un passage de pouvoir qui semble s’être opéré en douceur entre les deux élus : «Nous aurions aimé que Brigitte reste avec nous» regrette Jacques Thouroude, pour qui l’ex-conseillère régionale est un exemple à suivre en politique : «C’est dommage, les gens la méconnaissent. C’est quelqu’un de droit, pour qui la transparence n’est pas un vain mot. J’ai beaucoup de chance de l’avoir rencontrée».
De l’aveu même de ses représentants, peu de bouleversements vont accompagner cette nouvelle gouvernance. «Nous avons mené une campagne, pris des engagements et allons poursuivre dans cette voie car nous avons des comptes à rendre à nos électeurs.» affirme le maire de Saverdun, conseiller régional d’Ariège, Philippe Calleja, vice-président du groupe et suppléant de J. Thouroude. Sur le fond, les sujets de préoccupation des dernières semaines restent les mêmes : transports, questions de l’irrigation des terres agricoles, haut débit, aide aux entreprises…

 

Un rôle de relais avec le gouvernement

A ce propos, le groupe “Osons Midi-Pyrénées” se prononce en faveur d’une subvention à la Chambre de Commerce France-Israël ; polémique lancée par les Verts d’Europe Ecologie il y a quinze jours. «Pourquoi refuserait-on d’avoir des relations avec Israël et en accepterions-nous avec la Chine ? Au nom des droits de l’Homme ? Il ne faut pas sombrer dans un anti-sémitisme malsain qui nous rappellerait des heures sombres de notre histoire» dénonce Philippe Calleja, «heureusement d’ailleurs que nous sommes là pour accompagner le groupe socialiste sur des sujets économiques pour lesquels les Verts et le Front de gauche sont en opposition quasi-systématique !» ironise-t-il.
Sur la forme en revanche, «Chacun sa personnalité !» lance J. Thouroude, qui confirme sa volonté d’incarner une opposition régionale «attentive», «constructive», «sans concessions» : «Nous sommes sur une terre de rugby et permettez-nous de temps en temps de relever la mêlée !»
Choix «difficile» mais stratégique s’il en est, Brigitte Barèges a quant à elle, préféré conserver son mandat de députée de Tarn-et-Garonne et se défaire comme la loi sur le cumul des mandats l’y obligeait, de celui de conseiller régional : «Je veux avoir un rôle de relais avec le gouvernement» explique-t-elle. Philippe Calleja n’y voit que des avantages : «Il est essentiel que Brigitte Barèges reste en relation avec les élus locaux que nous sommes».
L’ex-présidente du groupe “Osons Midi-Pyrénées” demeure toutefois présidente de l’association du même nom, créée dans le cadre de la campagne aux régionales.

Claire Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.