Grève du samu social en Haute-Garonne

PauvretéFace au manque de place en hébergement d’urgence, le samu social de Haute-Garonne se met en grève aujourd”hui pour alerter le gouvernement sur la situation d’urgence.

Chaque soir 250 personnes appellent le 115, environ 10% d’entre elles arrivent à avoir quelqu’un au téléphone et sur ces 10%, une part infime sera dirigée vers une solution précaire“, explique Geneviève Genève, porte-parole du Collectif inter associations de Toulouse. Le nombre de sans abris augmente de façon constante dans la région toulousaine : ” ils étaient 4000 en 2010 et 8000 en 2012“, indique la militante du collectif. “On voit de plus en plus de familles qui vivent dans la rue“, constate de son côté Josette Privat, présidente des Restos du cœur 31, qui rappelle que “l’an dernier 15 enfants sont morts dans la rue en France“.  3400 familles  ont bénéficié de l’aide des Restos du cœur 31 lors de la précédente campagne hivernale (2012-2013).

La semaine dernière, le préfet Pascal Mailhos a présenté le dispositif mis en place pour accueillir les plus démunis  en hiver. Le département dispose de 2089 places, dont 639 en hébergement d’urgence. Les 40 places supplémentaires ouvertes en 2013 sont pérennisées jusqu’en mars 2015.  Puis, en cas de grand froid, entre 60 et 120 places pourront en outre être mises à disposition.  Le préfet a précisé que l’aide apportée aux plus précaires avait augmenté de 14% en deux ans.

Des annonces qui ne convainquent pas le Collectif inter associations : « Il n’y a aucune place supplémentaire ouverte, la manière dont les choses ont été présentées par le préfet est un peu tendancieuse », tempête la porte-parole du collectif Geneviève Genève. L’an dernier, « 66 places ont été ouvertes en hiver et nous avons obtenu la pérennisation de 40 d’entre elles, ce qui fait que nous en avons perdu 20 », tempête-t-elle, en ajoutant « qu’il y aura une centaine de places d’hôtel mises à disposition cette année contre 250 l’an dernier, donc au final on y perd largement ! »

 

Sur le même sujet, retrouvez notre dossier de la semaine : Précarité, les associations sont sur le pont

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.