George-Pau Langevin fait l’école buissonnière à Bellefontaine

Pour son premier déplacement dans l’académie de Toulouse, la ministre déléguée à la Réussite éducative s’est rendue au collège Bellefontaine à la rencontre des acteurs éducatifs de l’école ouverte tout l’été. Retour sur un dispositif d’accompagnement original, qui dynamise l’établissement situé en zone urbaine sensible (ZUS).

Dans la cour d’école, des enfants à vélo stimulent leur sens de la conduite sur un terrain aménagé à cet effet. Dans des salles de classe, quelques collégiens révisent le français, tandis que d’autres s’attellent à la confection d’affiches retraçant leur séjour d’une semaine au bord de la mer. Depuis onze étés, le collège reste ouvert pendant les deux mois de grandes vacances et proposent aux élèves, qui n’ont pas souvent l’opportunité de voyager, de s’amuser et apprendre à moindre coût. :

Dans l’établissement, par des activités diverses. Mais aussi à l’extérieur, pendant des camps d’une semaine sur des thèmes sportifs et estivaux. Bilhel a 10 ans. A la rentrée, le jeune garçon passe en CM2. Cet été, il a choisi de participer au dispositif de l’école ouverte de Bellefontaine. Même s’il préfère les mathématiques, le jour de la visite ministérielle, il s’attaque à du français. Leçon sur l’accord des verbes. «Il y a quelques jours, je suis allé à la piscine et aujourd’hui je révise pour la rentrée !», s’enchante Bilhel.

Un dispositif pionnier

Dispositif national, «Ecole ouverte» est une opération pionnière pour l’accompagnement des élèves hors temps scolaire. Elle repose sur le volontariat du chef d’établissement et des membres de l’équipe éducative. A Bellefontaine, deux enseignants, quatre assistants pédagogiques et un adulte relai sont impliqués dans le dispositif accessible tout l’été, spécificité rare pour les écoles ouvertes françaises.

Une confiance collective que George Pau-Langevin souligne avec encouragement. «C’est très gratifiant de rencontrer des gens motivés à changer la vie des enfants. J’ai tenu à me rendre dans cette école car je pense qu’il est nécessaire de voir comment fonctionne le dispositif de manière à apprécier ce qui réussit et ce qui peut être soutenu».

«Créer un lien fort entre l’école et le quartier»

Grâce à l’école ouverte, les enfants du quartier peuvent s’offrir de vraies vacances ensemble. Et personne n’est exclu. «Il n’y a pas ou très peu de sélection pour les activités sur place», explique le principal du collège, Denis Demersseman. «C’est nous qui adaptons les quotas, et pas le contraire.»

Les élèves ne sont pas les seuls à bénéficier des apports du collège. Les parents sont aussi associés au processus. Un point apprécié par la ministre déléguée à la Réussite éducative. «Ma visite est une manière de souligner à l’attention des parents d’élèves que leur présence est nécessaire pour créer un lien fort entre l’école et le quartier.» Ainsi, plusieurs actions innovantes ont été mises en place au sein de l’établissement. Entre ateliers d’apprentissage du français ou d’éducation civique et formations au BAFA, les parents participent eux-aussi à la vie de l’école. Une association, baptisée «Ecole et nous», a même été créée en 2003 pour aider, motiver et informer les parents en difficulté.

Une grande concertation va être mise en œuvre par le gouvernement sur le thème de l’Education. La réussite du dispositif de Bellefontaine pourrait être évoquée. :

Ariane Riou

 

Chiffres clés

-Le collège Bellefontaine reçoit actuellement 390 élèves répartis entre le collège et la section d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA)
-Le taux de réussite au brevet est de 76%. Un record historique pour l’établissement.
-La mixité est supérieure à la moyenne nationale, soit 40% de filles et 60% de garçons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.