Geneviève Estadieu ; «Raconter une histoire d’espoir»

Geneviève Estadieu publie son nouveau roman “Une autre vie”, aux Editions Ixcéa. Cette psychologue et enseignante prend en charge, depuis plus de 25 ans, des jeunes en situation d’élaboration de projet de vie et d’orientation professionnelle. Cet ouvrage est le résultat d’un cumul de témoignages réalisés auprès de ces jeunes. Par ce roman, elle souhaite redonner espoir à ceux qui l’ont perdu.

 

Geneviève Estadieu, est-ce votre première œuvre littéraire ?
C’est mon premier ouvrage, j’avais l’habitude d’écrire des comptes-rendus pour mon travail… Depuis plusieurs années, 20 ans environ, je prends des notes sur des événements importants, en relation avec la famille, le travail, mes voyages, les vacances, des sensations, des émotions, à ce stade il s’agit bien sûr de travaux qui ne sont pas structurés.  

Qu’est-ce qui vous a décidée à écrire “Une Autre Vie” ?
Depuis 10 ans, je passe mes vacances en Ariège dans le Couserans, et là quand j’ai vu ces paysages, du vert à perte de vue, une campagne lumineuse, j’ai compris qu’une alchimie s’opérait… J’ai pensé à peindre, et finalement écrire m’a paru plus simple. Quand j’ai commencé à rédiger ce roman je ne connaissais pas la fin de l’histoire, mais c’est mieux ainsi ! Je savais toutefois que je voulais faire un clin d’œil à ma “douce et verte Ariège”.

Il reste toujours des solutions

Est-ce une histoire vraie ?
Il s’agit de plusieurs histoires vraies… Si les personnes concernées lisaient l’ouvrage, elles ne se reconnaîtraient probablement pas… Cela reste une fiction. Je les ai rencontrées lorsque j’étais plus jeune pour les unes et lors de mon travail pour les autres… Je vois souvent dans le cadre de mon activité, des jeunes comme Andréa (le personnage principal) perdus, déstructurés, qui fabriquent du déni pour pouvoir continuer à vivre…

Ressentez-vous de l’empathie envers ces personnes ?
Oui beaucoup, car Andréa est une lueur d’espoir. Une énergie l’anime. Si jeune, elle sait ce qu’elle veut, elle trouve des “âmes secourables”. Elle est déterminée… J’ai lu beaucoup de romans de différents auteurs avant de commencer à rédiger le mien, et j’avais envie de raconter encore une histoire d’espoir, il n’y en a pas assez…

Pensez-vous que cette histoire puisse aider des personnes en perdition ?
Même dans le désespoir, il reste des solutions à exploiter… Il est important de tisser des liens, d’aller au devant des autres, de s’enrichir des relations des uns et des autres. Comme Andréa, chacun peut trouver des “âmes charitables” pour se reconstruire.

Est-ce là, la continuité de votre travail de psychologue ?
Pourquoi pas ? Le travail de tout psychologue ne consiste-t-il pas à informer que toute personne  peut…, doit…? Son travail ne consiste-t-il pas à déclencher un processus de dynamisation auprès des personnes mais aussi auprès des structures capables de les accompagner ?

 

La magie opère

Avez-vous d’autres projets littéraires pour l’avenir ? Si oui, se baseront-ils sur d’autres témoignages ?
Mon projet littéraire serait d’écrire des nouvelles et, oui, j’utiliserai des témoignages. Je pense à ce jeune Iranien, Driss, qui ne trouvait pas de stage du fait de ses origines. Les responsables du recrutement qu’il rencontrait croyaient qu’il avait une bombe dans son sac… Un entretien d’une heure lui a permis de déverrouiller ce problème et de trouver un stage dans le secteur aéronautique… Eva, elle, est restée deux ans au chômage… Personne ne lui avait dit qu’elle parlait trop vite, ses entretiens étaient incompréhensibles… Quatre semaines après notre rencontre de 3 heures, elle a trouvé un CDI. Quant à Louis, il était major de sa promotion mais il est resté un an et demi au chômage car il croyait que son anglais était insuffisant. Il a pourtant été recruté dans un grand groupe international… Des personnes sans espoir, qui ont repris confiance. Une rencontre, quelques instants d’attention, des échanges… La magie opère, et la vie redémarre.

Propos recueillis par Edouard Lamarcq




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.