France Telecom sur la reculade…; Sale temps pour les sous-traitants…

… Comme pour la clientèle ? Toujours aussi intraitable, voire sans aucune humanité avec l’ensemble de sa clientèle, particulier comme entreprise, en interne France Télécom multiplie les concessions pour mettre un terme aux suicides. Mais surtout pour éviter la mauvaise image de marque qui colle de plus en plus au groupe de télécommunication alors qu’une 4ème licence d’exploitation sera donnée prochainement à Free.

 

Si hier ils n’étaient pas écoutés, voire snobés, la direction est aujourd’hui aux petits soins avec les syndicats «pour stopper la souffrance au travail». Plus de restructurations en vue, on annonce même, ici et là, des recrutements. C’est Olivier Barberot, le directeur des ressources humaines qui lui-même parle de «la suspension de toutes les restructurations et s’engage à ne plus organiser de mobilités forcées des employés», jusqu’à nouvel ordre…  
Il faut dire que ces annonces surviennent après 25 suicides de salariés en moins de deux ans et au lendemain de l’envoi d’un questionnaire sur le stress aux 102 000 salariés du groupe. A ce propos il semblerait que plus de 10 000 personnes aient déjà répondu mais que la plupart des questionnaires serait inutilisable, car présentant de trop grands délires… Au départ, prétendus anonymes, au fil des questions on cerne un peu plus le sondé et on obtiendrait même quelques indiscrétions sur le service concerné ou son personnel. Une stratégie vite éventée qui a fait que la plupart des participants ont erroné volontairement leurs réponses.

 


Les sous-traitants sur la sellette ?

Par ailleurs, il semblerait que cette mauvaise ambiance interne, déjà supportée par les clients qui en masse décident d’aller voir ailleurs, pourrait se répercuter sur l’ensemble des sous-traitants avec la suppression de bon nombre de contrats de partenariats. Des sous-traitants saignés à blanc et qui pourraient demain tout perdre, pour permettre à France Telecom de préserver un millier d’emplois… Dans une dernière réunion avec les syndicats la direction a enfin concédé de l’arrêt de l’affichage des «performances individualisées et comparées», une sorte de tableau d’honneur qui ne concernait bien souvent que la base, les cadres faisant leurs propres sauces internes.  Une mesure qui était à la source des stress constatés ici et là… Mais dénotait surtout du manque d’humanisme ambiant qui régnait à tous les échelons. Par contre, en Midi-Pyrénées, il semblerait que la tension soit loin d’être retombée et l’on parle même de quelques cadres supérieurs qui pourraient être mutés voire poussés à la retraite par anticipation. Affaire à suivre

AGG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.