Francazal Hollywood bientôt à Toulouse ?

L’agglomération toulousaine pourrait devenir une nouvelle terre d’accueil pour les stars américaines. Le rêve se rapproche…

Le dossier du devenir du site de Francazal n’en finit plus. Un feuilleton qui tient déjà en haleine depuis maintenant de longs mois. Il y a un peu plus d’un an désormais, l’Etat après avoir décidé de stopper ses activités militaires, avait «tranché» en faveur d’un aéroport mixte (civil et militaire) pouvant accueillir une aviation d’affaires. Dans ce cadre-là, la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) avait choisi l’opérateur canadien «Lavalin», comme nouveau concessionnaire du site. Sur place, la population s’est organisée autour du «Collectif Francazal» pour s’opposer à ce projet : «C’est une erreur environnementale, une erreur par rapport aux riverains» commente Bernard Gineste, Président dudit collectif. Depuis, les événements se sont de nouveau «bousculés» avec l’arrivée du projet porté par l’architecte Bruno Granja : l’implantation des studios de cinéma américains «Raleigh» sur le site de Francazal. Michael Moore, patron du studio, est venu des Etats-Unis pour rencontrer le Préfet le 31 janvier dernier : «On veut se voir attribuer la partie vide de la base (soit environ 45 ha environ). Mes clients sont prêts à démarrer le projet de suite» nous explique Maître Jacques Lavergne, avocat toulousain des studios américains. «Notre proposition n’est attaquable ni intellectuellement, ni écologiquement, ni socialement, ni économiquement puisque les Américains n’ont formulé aucune demande de subvention. Elle souffrirait presque d’être trop bonne ! Aujourd’hui, je ne vois pas d’obstacle à une vente ou une concession de ce domaine par l’Etat. Juridiquement, le droit public est très riche pour nous permettre de trouver une solution» constate le défenseur toulousain.

Le «Collectif Francazal» soutient Raleigh

«Pour l’instant, il n’y a pas de réponse de l’Etat. Pire, il souhaite mettre en concurrence ces 45 ha car il y aurait d’autres projets… Il y a encore une prudence du Préfet. Nous devons pousser à ce que le dossier avance vite !» prévient, méfiant, Bernard Gineste. Le comité de pilotage réuni par le Préfet le 7 février dernier, a confirmé le lancement d’une procédure d’appel d’offres, avec un dénouement qui devrait intervenir fin 2012. Jacques Lavergne se veut confiant, et dit avoir le soutien de nombreux élus dont les Maires de Cugnaux et de Portet-sur-Garonne (Philippe Guérin et Thierry Suaud) ou celui du Président Malvy : «Personne ne peut mal accueillir l’arrivée de mes clients sur ce site. Nous proposons de nouveaux métiers, de nouveaux emplois et une diversification de l’économie locale. Nous pouvons ainsi rêver de Toulouse comme capitale européenne du cinéma. Il faut parfois avoir la «grosse tête» !»

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.