Examens 2012 : L’académie de Toulouse se distingue

Alors qu’il est supérieur à 2011 pour le Brevet des collèges, et stable pour le BEP, le taux de réussite au Bac est globalement en baisse dans l’académie de Toulouse. Mais pour le rectorat, les résultats de cette session 2012 restent dans l’ensemble «excellents». Bilan.

En matière d’accession au baccalauréat, l’académie de Toulouse faisait figure de très mauvaise élève jusqu’en 2010 : 22e sur 26 au rang national. Mais depuis un an, la tendance s’inverse et son classement en 2011 en 12e position l’atteste. D’«excellents résultats» que le rectorat met sur le compte du projet académique 2010-2013 : «Nous étions très en retard, ce qui nous souciait beaucoup» commente Olivier Dugrip, recteur de l’académie de Toulouse, «mais grâce à la fluidité des parcours, nous enregistrons une progression spectaculaire. C’est heureux pour les élèves qui font ainsi leur scolarité plus rapidement mais aussi pour leurs familles car les frais de scolarité sont moindres.» Concrètement, la politique consiste à revoir le système d’orientation et à réduire le taux de redoublement aux niveaux collège et lycée. Celui-ci a donc été divisé par quatre en fin de sixième et de quatrième, par trois en fin de troisième. 70% des collégiens vont ainsi entreprendre une seconde générale et technologique (contre 69% l’an dernier), «et ce taux est encore supérieur en Haute-Garonne puisqu’il est de 72%» souligne Olivier Dugrip.

Un taux de sortie de 15%

De même, près de 90% des élèves s’apprêtent à entrer en première générale ou technologique, soit quasiment quatre points gagnés en deux ans. Ainsi, la classe d’âge accédant au baccalauréat dans l’académie de Toulouse est passée de 62% en 2010 à 70.7% en 2011 et le recteur d’afficher son «souhait d’une confirmation pour 2012»
Cependant, «il reste un point à améliorer» confie-t-il. Celui-ci concerne les sorties du système éducatif en cours d’études, au collège, en seconde et première professionnelle : «Leur pourcentage reste trop élevé et il va falloir réorienter le projet académique» poursuit O. Dugrip. Les sorties les plus importantes se situent au niveau du lycée professionnel : «Même s’il faut affiner ce chiffre selon les filières et les départements, on peut en arriver à des taux de sortie de l’ordre de 15%» précise Eric Dupuy, conseiller du recteur et responsable du service administratif d’information et d’orientation.

Toulouse reste attractive

Le rectorat fait ensuite le point sur les inscriptions post-Bac et «la très forte attractivité de notre enseignement supérieur» constate O. Dugrip. 34000 bacheliers ont en effet choisi en premier vœu l’académie de Toulouse pour leurs futures études, ce qui donne pour Toulouse Capitole une hausse de 13%, Le Mirail +9.16%, Paul Sabatier +12.4%) A noter que 50% de ces candidatures sont extérieures à l’académie de Toulouse alors qu’elles varient entre 35 et 40% pour les autres.

Claire Manaud



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.