[En vue] Julien Coquenas : Socio geek toulousain

Julien Coquenas-Ynover Telecom(20-10-2014) ┬®franckalix-6
Crédit Franck Alix

Aujourd’hui chef de projet du réseau social pour mineur Maxi18, il est loin d’être resté un grand enfant. Ce passionné de nouvelles technologies et de développement web depuis toujours, tient à rester connecté à la réalité, aux rapports humains.

 

 

Visionnaire. Toulousain d’origine, Julien Coquenas a grandi et fait ses études dans la ville rose. Diplômé de l’École de photographie et de Game Design (ETPA), il a toujours évolué dans l’univers multimédia. Il a d’ailleurs été primé pour son projet de fin d’études développant un site et un logiciel de partage de musique, le « Deezer première génération ».

 

Expérience. Il s’expatrie d’abord en Catalogne puis à Paris pour y créer ses propres entreprises, mais l’expérience n’est pas concluante. « On parle souvent des success story mais rarement des difficultés à y parvenir. Une start-up nécessite 30 % de bonnes idées et 70 % de moyens ! » Il finit donc par revenir à Toulouse pour intégrer la société Ynover Télécom, et plus particulièrement Ynover Média qui développe un tout nouveau réseau social pour mineur, « maxi18.com ».

 

Innovation. Maxi18 exclue les adultes afin de permettre aux plus jeunes de pouvoir s’exprimer librement, de ne pas être jugés par les plus grands. « Les enfants ont tendance à imiter ce qu’ils observent dans le monde des adultes mais sans en avoir les codes », précise-t-il. Sur ce site, ils restent eux-mêmes et partagent leurs réelles passions.

 

Rigueur. Maxi18 utilise des filtres technologiques pour en « interdire » l’accès aux plus grands. D’abord un mur du son qui, via un son aigüe que seuls les moins de 18 ans perçoivent, permet d’entrer sur le réseau. Si l’enfant ne l’entend pas, il peut envoyer un « selfie » en notifiant sur la photo même (afin d’authentifier l’utilisateur) son pseudo et débloquer ainsi ses codes.

 

Pédagogique. Sur ce réseau, pas de publicités intrusives et un message régulier qui rappelle à l’enfant qu’il est sur Internet depuis longtemps, trop longtemps parfois, et aussi un fil d’actualités… Bref, un garde-fou constant, y compris dans la modération. Deux applications (iPhone et Android) viennent de voir le jour et Maxi18 fêtera bientôt ses 5 000 abonnés.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.