Elections européennes; Le PS compte sur Arif pour battre Baudis

Le député européen sortant et figure emblématique de la gauche dans le département Kader Arif conduira la liste du Parti Socialiste pour le Sud-ouest avec pour seule adversaire la droite de Dominique Baudis.

 
La région Sud-ouest est certainement celle qui affiche le plus beau casting en vue des prochaines élections européennes de juin : José Bové pour les Verts, Dominique Baudis pour l’UMP, Jean-Luc Mélanchon pour le Parti de Gauche… et Kader Arif pour le Parti Socialiste. Le député sortant a été désigné pour mener une liste renouvelée et diversifiée, où la députée Françoise Castex occupe la deuxième place, le vice-président de la Région Languedoc-Roussillon Eric Andrieu la troisième et Frédérique Espagnac, conseillère régionale d’Aquitaine, la quatrième. «Nous allons mener une campagne en s’appuyant sur un bilan, avec la présence de députés en place, et sur le renouvellement, avec de nouvelles têtes dans la liste», explique Kader Arif. «D’autre part, cette liste a été constituée dans une région pacifiée où il a fallu tenir compte de différents autres critères comme la parité ou le non-cumul des mandats.» Ce choix voulu sur le plan national par Martine Aubry aura été fatal au député européen sortant originaire de l’Ariège Michel Teychenné, seulement septième dans les rangs socialistes.
Le but du PS cette année est d’organiser une campagne claire et militante avec un grand meeting par région et par département, et en point d’orgue un dernier événement à Toulouse le 4 juin qui réunira tous les candidats du parti dans les diverses circonscriptions françaises. Une rencontre entre tous les candidats sociaux-démocrates d’Europe est même envisagée pour le mois d’avril à Lille. «Nous allons également organiser des rendez-vous thématiques comme l’agriculture, la recherche, la jeunesse, les transports… et présenter un texte commun aux 33 partis socialistes d’Europe qui s’appuie notamment sur un salaire minimum unique», explique Kader Arif.

La gauche de la gauche est un concurrent

Autre enjeu d’envergure de ces rencontres avec la population, «donner de la chair à l’Europe», comme le veut Eric Andrieu. En effet, pour le PS, comme pour les autres partis, il est primordial de donner au citoyen une idée de l’importance du scrutin. «N’oublions pas que 60 % des textes votés au Parlement français sont des transpositions de directives européennes et que beaucoup de secteurs économiques bénéficient de financements européens», rappelle Kader Arif. Avec une campagne qui devrait débuter le 1er avril, le PS espère briguer quatre sièges sur la région Sud-ouest et, pour cela, il faudra relever plusieurs défis. «Le premier est celui de l’abstention ou de la dispersion», annonce la tête de liste en faisant référence aux autres partis de gauche comme les Verts, le NPA ou le PG. «La gauche de la gauche est un concurrent mais elle fait ce qu’elle veut», prévient Kader Arif. «Nous ne chercherons pas de conflit si eux ne nous cherchent pas.»
Mais le grand adversaire du PS reste la droite et l’UMP qui a fait appel à une personnalité politique et médiatique de taille : Dominique Baudis. «Les Français en ont marre de la politique du gouvernement et la présidence européenne de Sarkozy a surfé sur les crises. Dominique Baudis ne pourra pas prétendre être un centriste car il a été investi par Sarkozy», dénonce Kader Arif. Battre la droite en région serait déjà un premier pas vers l’objectif suprême des socialistes : «renverser la majorité au parlement européen». Et pour cela, «la meilleure défense, c’est l’attaque», concluent les candidats. On attend la riposte des autres partis dans les prochaines semaines…

Sophie Orus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.