[Edito] Une télé locale, un plus pour tous !

Thomas Simonian EditoTLT a une histoire à défendre. Elle est la plus ancienne des télévisions locales, lancée en 1988 par le maire de l’époque, Dominique Baudis … Durant des années certains visages sont même devenus familiers des Toulousains (Priscille Lacombe, Pierre Esplugas, Bruno Mallet, Jean-Christophe Tortora, Christel Vidal entre autres.) Aujourd’hui cette histoire vacille, victime de mauvais choix stratégiques mais aussi d’intérêts croisés qui se sont avérés vénéneux. Les collectivités locales, actionnaires ou non d’ailleurs, ont saboté la vision à long terme, rendant économiquement dépendante TLT. Les majorités municipales successives n’ont pas su, ou pas voulu, avoir une réflexion de fond sur le modèle à inventer … Quant à la partie commerciale, elle a été « plombée » pendant des années par une régie qui devait être animé par La Dépêche du Midi … Résultat des courses : Aujourd’hui notre télé locale est en « burn-out », avec la crainte justifiée d’une liquidation judiciaire.

« Un outil qui pourrait être vertueux, s’il était géré autrement »

Il y a donc deux questions de fond qui sont posées dans cette affaire aux collectivités locales. En ces temps difficiles, liés notamment au désengagement de l’Etat dans leurs budgets respectifs, faut-il faire pour autant de la place à des financements pour soutenir l’avenir de notre télé locale ? Les avis sont partagés, voire très partagés. Derrière cette question de principe s’en cache une autre : A-t-on finalement besoin d’une télé locale ? Ma réponse est oui à ces deux questions. Pourquoi ? Il est du ressort des collectivités de défendre une autre information … De ne pas laisser disparaître un outil qui pourrait être vertueux, s’il était géré autrement. S’il est bien entendu inconcevable de faire perdurer le modèle actuel qui est une catastrophe économique, il est peut-être temps que les élus prennent leurs responsabilités. Car il est trop facile de dire aujourd’hui qu’on ne peut plus financer, alors que ce sont les mêmes décideurs politiques qui sont en grande partie responsables de la situation actuelle … Ensuite, oui, nous avons besoin d’une télé locale. D’un véritable outil de proximité qui puisse permettre sur le mode télé d’avoir de vrais débats, de vraies informations, sur ce qui fait notre métropole.

Des solutions pour que l’aventure continue ? Tous les acteurs intéressés par le devenir de ce média doivent se mettre au travail et lancer une expertise pour innover et proposer une vision originale … Les pistes de réflexion : Quelles modes de diffusion ? Comment utiliser au mieux le numérique ? Qu’attendent les Toulousains d’une télé locale pour définir une ligne éditoriale cohérente ? Quelle mode de gouvernance ? L’indépendance est-elle possible ? Comment éviter les pressions politiques ? Comment structurer une régie commerciale réellement offensive ? Quels partenariats pourraient être une plus-value ? Il y a donc du pain sur la planche … Le statut « coopératif » (SCOP ou SCIC) est peut-être un début de solution, mais il doit résulter d’une envie collective. La proposition est sur la table.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.