[Edito] C’est l’histoire d’un train…

Un vieil ami.

Le train nous connaît bien. Il nous transporte tous. Il nous voit, gamin, partir en voyage scolaire. Il nous laisse travailler en silence dans sa première classe feutrée. Il nous donne à découvrir les plus beaux paysages, bercés par sa musique cadencée. Parfois, il rit de nous observer courir pour l’attraper à temps. Il s’agace de nos sonneries de téléphone intempestives. Et nous entend aussi râler contre ses retards ou les grèves de ses contrôleurs.

Hélène Ressayres

Le train est comme un ami de la famille. Mais deux siècles après avoir porté la première révolution industrielle, il cache difficilement ses rides. Désormais concurrencé par le covoiturage ou les lignes aériennes à bas coûts, il se bat pour rester dans nos habitudes. Lui qui se veut si sûr, si proche de nous quand il entre au cœur des villes, si pratique pour se passer de la voiture, si écologique quand il est électrique.

Pour rajeunir un peu et nous séduire à nouveau, le train se démène, quite à vendre une partie de son âme. Il bat des records de vitesse, pare ses gares de commerces alléchants et multiplie ses offres tarifaires. Des initiatives, parmi tant d’autres, pour lui permettre de conserver sa place dans notre société multimodale. Et de rester dans la famille.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.