[Edito] Les journalistes. Des cibles ?

charlie hebdo

 

Un attentat contre une rédaction. Des journalistes pris pour cible sur leur lieu de travail. C’est ainsi que certains s’en prennent à la Liberté d’expression. Il y a quelques années, il fallait aller à l’autre bout de la planète pour que notre profession soit ainsi visée … Il fallait être sur la scène de théâtre d’une guerre pour courir un tel risque. Le danger était essentiellement là où les armes faisaient du bruit, et où les dictatures fuyaient la médiatisation occidentale. Aujourd’hui la liberté est attaquée partout, y compris là où elle devrait être la plus forte. Dans une France fragile, grippée, voici les moteurs d’une certaine pluralité de la presse touchés en plein cœur. « Charlie Hebdo » enfant du « Hara-Kiri » de Cavanna et du Professeur Choron, abritait la fine fleur de l’impertinence made in France : Charb, Cabu et les autres. L’esprit libre de l’hebdomadaire satirique touché en plein cœur en dit long sur les maux actuels.

« Ils savent ce qu’ils font, ils bousillent la liberté »

Le symbole n’a pas été choisi par hasard … « Ils savent ce qu’ils font, ils bousillent la liberté » a réagi Serge Moati. « Il s’agit d’un combat pour intimider les journalistes », a également déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. L’acte est posé. Le terrorisme a parlé. Les censeurs sont dans la place. Mais maintenant notre réponse collective doit se faire entendre. Il s’agit de défendre ce qui nous est le plus cher, cet héritage légué par les révolutionnaires idéalistes … Les Lumières ont éclairé notre démocratie, mais aujourd’hui la flamme s’éteint. Certains veulent bâillonner les langues les plus espiègles, les plumes les plus provocatrices et les crayons les plus affûtés. Comme s’ils ne voulaient plus reconnaître nos Droits de l’Homme. Tout ceci est donc surréaliste, symbole d’un sombre retour en arrière. La tristesse est donc grande, mais l’inquiétude prime. Attention danger ! La guerre est ouverte … Mais de notre côté les armes sont celles du respect. Liberté chérie !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.