[Edito] Combattantes !

©Franck Alix/JT
©Franck Alix/JT

Les chiffres de l’entrepreneuriat féminin stagnent depuis des années. Pourtant, la société évolue vers davantage de parité, d’égalité femmes-hommes, etc. Alors pourquoi n’y a-t-il pas plus de femmes cheffes d’entreprise ? Les raisons sont multiples : le manque de confiance, la peur du risque, le manque de temps, de moyens…  Mais elles peuvent se résumer en un seul point : le conditionnement sociétal.  On a beau voter des lois, les stéréotypes, les habitudes, et les traditions ont la vie dure.

La peur du risque est liée à l’idée que la femme doit sécuriser son foyer, le manque de temps, au fait qu’elle doit gérer son foyer, le manque de moyens au fait qu’elles sont plus précaires. Le marché de l’emploi étant plus difficile pour les femmes, notamment à cause de la maternité. Un cercle qu’il est difficile de rompre.

« Il faut maintenant transmettre de nouveaux modèles à nos enfants »

Le premier pas pour une femme qui veut créer son entreprise est d’abord de se battre contre tous les modèles établis : Non, on n’est pas une mauvaise mère ou une mauvaise femme en devenant cheffe d’entreprise. Les 70% des dirigeants d’entreprises hommes sont-ils tous des mauvais pères et maris ?   Bref. Et ce n’est que le début du combat ! Après s’être convaincu soi-même, il faut convaincre son entourage, les banques et le milieu professionnel dans lequel on s’engage.

Bien sûr, toutes les femmes ne sont pas logées à la même enseigne, et les nombreux modèles de réussite permettent de tracer un chemin possible. Tout vient de l’éducation. Valoriser les exemples de femmes entrepreneures, c’est bien. Il faut maintenant transmettre de nouveaux modèles à nos enfants. Et le problème se pose dès la petite enfance. Une étude réalisée par la Scop toulousaine Egalitère dans une crèche montre que l’on pousse les petits garçons à s’exprimer, à se mettre en avant à être actifs, alors que les petites filles sont encouragées à rester calmes et à réaliser des activités plus paisibles. Et je ne parle même pas de la problématique des jouets… On connait bien le problème. Faire bouger les lignes, ça prend du temps. Pour que davantage de femmes se lancent dans l’aventure entrepreneuriale, il ne faut pas juste changer le monde de l’entreprise. Il faut changer la société tout entière.

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.