[Édito] C’est l’histoire d’un locavore… 

J’ai mangé 100 % local pendant un an

« Je suis le premier locavore de France. Pendant un an, entre 2008-2009, j’ai pris le pari de me nourrir exclusivement de produits ayant poussé à moins de 150 km de chez moi, à Castelnaudary.

Légumes, pain, œuf, lentilles, viande… Nous avons beaucoup de productions différentes dans le coin, et surtout du vin. Je me suis essentiellement approvisionné dans les AMAP, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne.

Cela m’a aussi permis de faire la différence entre besoin et caprice. Par exemple, le sel (besoin physiologique) ne m’a pas manqué de la même manière que le chocolat et le café (manque issu des habitudes). Je n’ai jamais mangé autant de miel que lorsque j’ai dû trouver un moyen de remplacer le sucre !

Souvent, les amis qui m’invitaient à dîner prenaient le pli du locavorisme, mais je venais toujours avec un plat de secours pour être sûr de tenir mon objectif. Je me suis senti équilibré, mais également fatigué, car je passais autant de temps à dire ce que je faisais qu’à faire ce que je disais.

locavore
©Stephanelinou

Quand elles ont appris ma démarche, certaines personnes m’ont dit ‘’tu vas perdre 30 kg’’ ou ‘’comment vas-tu faire pour avoir des vitamines si tu ne manges plus de fruits exotiques… ?’’ Alors qu’on retrouve autant de bienfaits dans les légumes frais ! Au final, je n’ai ni maigri ni grossi. Bilan médical à l’appui. J’ai même travaillé avec une conseillère économique et familiale qui peut confirmer que cela ne m’a pas couté plus cher. Il suffit de bien s’organiser. Aujourd’hui, sans effort, je mange encore à 75 % local.

À travers mon expérience, je voulais sensibiliser à la fois les citoyens, les élus et les médias : pour moi, la production locale pour une consommation locale est non seulement souhaitable économiquement, mais elle devrait également être stratégique et relever de l’ordre public. Comment ferions-nous si la « perfusion alimentaire », incarnée par les camions amenant une nourriture que l’on ne produit plus à proximité, était interrompue ? »

Stéphane Linou, Castelnaudary.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.